SIX BY SIX

Par

(3.5 sur 5) / Inside Out Music
Categories
Rock Rock Progressif

SIX BY SIX, le nouveau trio composé de Ian Crichton (SAGA), Nigel Glockler (SAXON) et Robert Berry (3) vient de produire son premier album éponyme. Les dix titres penchent vers un AOR mélodique, où les guitares de Crichton donnent le ton, lourd et incisif, avec un petit côté vintage pas désagréable du tout, le groupe conservant tout de même de belles influences rock progressif.

Ça commence fort avec ‘Yearning to Fly ‘, le single accrocheur mis en avant pour promouvoir l’album, très proche dans sa forme de ce que faisait ASIA, ça bouge pas mal (le solo de Ian est top), mais ce n’est pas la meilleure composition de l’opus. ‘China’ est lui plus percutant et le refrain vraiment entrainant, une mélodie lourde et légère à la fois où la guitare et la rythmique se déchaine. Quelques notes au son de la cornemuse (guitare ou synthé ?) introduisent ‘Reason to Feel Calm Again’, ici carrément les SIX BY SIX s’en donnent à cœur joie dans un éclectisme musical qui brouille les genres, au programme : profusion de claviers, un gros riff qui tâche et toujours la voix ardente de Robert Berry.

image

The Upside of Down’ affiche une maîtrise technique indiscutable, un feu d’artifice d’arrangements et un superbe travail des voix, la mélodie est un peu faible, mais quoiqu’il en soit, le résultat est bon et les progeux qui ont un faible pour les derniers albums d’ELP y trouveront leur compte. ‘Casino’ remet les pendules à l’heure, il nous entraine de vallées profondes vers des cimes de beauté, marqué au sceau d’un rock progressif mâtiné d’AOR à la mélodie imparable. Une courte pause à la guitare acoustique ‘Live Forever’ et l’on passe à ‘The Last Words on Earth’ où l’intro à l’orgue nous rappellera feu Keith Emerson, la mélodie est passe-partout, mais le titre est sauvé in extrémis par les remarquables interventions de la guitare de Ian Crichton, ouf !

Bis repetita pour ‘Skyfall’, sans grande saveur, bien sûr, cela n’enlève en rien à l’énorme technicité derrière cette compo et qui force le respect. L’intro planante à la Floyd de ‘Battle of a Lifetime’ fait oublier bien vite les deux morceaux précédents, le titre mixant des influences variées allant de Tom Petty à Peter Gabriel dans un melting-pot des plus réjouissant. On termine l’album avec ‘Save the Night’ où sans attendre les guitares grondent sur une rythmique effrénée digne des plus belles cavalcades néo-prog, s’ensuit un mélange instrumental détonant qui se clôt sur des chœurs funky. Un titre qui se révèle comme un véritable fédérateur des multiples genres empruntés par le groupe.

Les membres de SIX BY SIX nous servent, au-delà de quelques faiblesses, un album de bonne facture et dans un genre musical emprunté par pas mal de groupes (ASIA, Dukes of the Orient, GPS etc.) tirent leur épingle du jeu !

Formation du groupe

Robert Berry : chant, basse, claviers - Nigel Glockler : batterie - Ian Crichton (Saga) : guitare

🌍 Visiter le site de SIX BY SIX →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *