Views From The Inner World

Par

(4.8 sur 5) / Seacrest Oy
Categories
Rock Progressif

A l’occasion de la sortie de son dernier album solo, l’excellent Past And Present, Kimmo Pörsti avait mentionné que son dernier-né aurait tout aussi bien pu sortir sous le titre Pacha & Pörsti, tant la contribution du musicien espagnol avait été d’importance dans l’album. Et bien pour ce tout nouveau Views From The Inner World, les deux complices sont associés à 50-50 !

On connait évidemment leurs contributions dans les Samurai Of Prog, collectif incontournables dans le prog symphonique. Une première écoute de ce nouvel album m’incite à penser que c’est plutôt du côté du Guildmaster, projet beaucoup plus personnel, qu’il faut chercher des similitudes.

image

L’album débute par un court prélude, qui énonce le thème plein d’allant d’un morceau qu’on entendra à la fin de l’album, « Ventolera ». Une note plutôt joyeuse, comme un avant-goût du reste de l’album ? L’album commence véritablement par « Watch The Stars » composé par Rafael Pacha. Il s’agit d’une longue méditation assez mélancolique et dans des tonalités mineures dominantes. Les vocaux sont très expressifs, bien accompagnés par la guitare acoustique et une très belle percussion. Et puis sans crier gare, sur le dernier tiers, le rythme s’accélère dans une danse effrénée du plus bel effet, avant un retour à l’ambiance initiale, plus grave. Belle pièce de prog symphonique ma foi !

Les 3 morceaux suivants, instrumentaux plus prog folk, avec leurs thèmes très chantants sinon dansants, sont autant d’hymnes à la nature ou d’invitations au voyage, le tout dans la joie et la bonne humeur. Pour « Jubilation », il me semble que le titre parle de lui-même ! « Under A Cloudless Sky », également composé par Kimmo, se lance très rapidement dans une ronde populaire avec flûtes et sonorités d’accordéon. Un superbe thème modal à 8 temps, tels ceux qu’on trouve dans la musique bretonne, permet à Rafael Pacha de dérouler une liste impressionnante d’instruments et de sonorités. Quand j’ai découvert le titre, « Matkakuume », mot qui sonne bien finlandais et pas du tout espagnol, j’ai été surpris de constater que c’était le musicien espagnol qui en est l’auteur. Dans le même esprit que « Jubilation », un thème musical solaire, littéralement propulsé par la guitare électrique sur fond de claviers vintage, donne immédiatement envie de taper du pied. La Finlande, et si c’était un Espagnol qui en parlait le mieux ?

image

Place maintenant à la voix d’Ariana Valdivié (déjà entendue sur le premier album du Guildmaster) pour un « Leap In The Dark » tout empreint d’une délicate poésie musicale. Petit moment d’introspection, « Shadows Of Lost Memories » est l’occasion pour notre duo de nous faire rêver avec une simple et délicate mélodie au clavier, accompagnée par un ostinato de guitare acoustique.

Nous arrivons au très ambitieux et très hispanisant « The Man Who Walked Home » avec son flamenco flamboyant de mille couleurs et habité par le sax très lyrique de Marek Arnold. La guitare électrique de Ruben Alvarez accélère encore la musique, jusqu’à une dernière partie ou vient le tour de la basse qui s’émancipe à son tour sur d’immuables accords de piano. Ah oui, la pièce est composée par … Kimmo ! L’Andalousie, et si c’était un Finlandais qui en parlait le mieux ?

On arrive au « Ventolera » de Rafael, dont le thème a été dévoilé dans les premières secondes de l’album. Ventolera désigne un coup de vent violent typique des régions chaudes. Au sens figuré, il s’agit d’un coup de tête pouvant conduire à faire des choses irrationnelles. Je préfère quant à moi en rester à la vision de ces mouvements d’air soudains et turbulents parfaitement décrits par une musique pour le moins tourbillonnante ! Après un court moment calme et contemplatif, le temps pour la guitare acoustique de dérouler ses délicates sonorités, puis à la guitare électrique de délivrer un chant lent et expressif, et le ventolera reprend de plus belle.

Avec « Alone Against Tomorrow », l’album prend fin sur une note mélancolique et un peu triste, porté par le chant dépouillé d’Ariane Valdivié, loin des feux-follets précédents. Les mondes intérieurs se referment doucement …

Ces mondes intérieurs que Rafael Pacha et Kimmo Pörsti nous donnent à imaginer sont riches et généreux, et l’osmose entre les deux musiciens est parfaite. A la seule écoute, bien malin qui pourrait affirmer qui a composé quoi ! Bien accompagnés par les musiciens de la « famille », le duo hispanico-finlandais réinvente le style prog folk symphonique et fait de Views From The Inner World une référence incontournable !

Formation du groupe

Kimmo Pörsti : batterie & percussions, claviers - Rafael Pacha : guitares électriques et acoustiques, basse, claviers, lyre, mandoline, viole de gambe, violon électrique - Ruben Alvarez : guitare électrique - Marek Arnold : sax soprano- Marco Bernard - basse Shuker - Olli Jaakkola : flûte, sax soprano - Jan-Olof Strandberg : basse - Ariane Valdivié : chant- John Wilkinson : chant

🌍 Visiter le site de Pacha & Pörsti →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Orbe

Par Le Baron de Vincèse

4.2 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *