Sanctuary

Par

(4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Métal Progressif Néo Progressif Rock Progressif

Sanctuary est le deuxième album d’Helium Station, il fait suite à sa première publication, ‘Flesh and Bone (2019)’, qui avait reçu un très bon accueil de la part de mes confrères. Bien qu’il s’agisse d’un album étiqueté métal/progressif, le groupe sous la houlette de Fabrice Lacourt a créé un album faisant fi des genres. L’amateur de prog devra donc s’attendre à bon nombre de digressions musicales, qu’il pourrait être assez facile de rejeter, une erreur que vous regretterez, si vous choisissez cette voie. L’intérêt de Sanctuary est justement d’offrir des structures d’écriture différentes, en conservant tout de même un fil conducteur, le métal/prog.

L’ouverture, « Simple Life » identifierait le groupe à la perfection dans une approche rock prog/métal. Un titre pour le moins classique dans le genre, mélodie qui s’élance vers des crescendos abruptes soumis à de tempétueuses guitares qui mettent vraiment le feu à la pièce. Le chant de Marjorie Alias s’y incruste naturellement telle une éclaircie entre les ondées. La musique avec « One Night Pain » évolue maintenant vers un climat plus chaleureux avec un démarrage sur les chapeaux de roues, et c’est le chanteur Alexis Dimitriou qui si colle, pour notre plus grand plaisir. D’une structure lyrique insolente la mélodie s’inscrit dans un registre proche de ce que faisait Asia avec John Payne au chant.

Le son rond de « Heaven’s In Your Eyes », verse dans le blues. Interprété par Natacha Kanga il passe vraiment à la vitesse supérieure, l’interaction entre la section rythmique et la guitare porte vraiment la mélodie, le chant est émouvant et poignant. Les huit minutes de « Moon Shine » démarrent lentement et calmement le temps que s’épanouisse la voix d’Yann Rousseau. Un titre tendant vers le hard rock mélodique avec une guitare, celle de Fabrice Lacourt, qui virevolte fougueuse et généreuse. Retour au chant de Marjorie Alias pour un « Praying For Me » qui accroche mélodiquement parlant et représentent idéalement la bonne composition. Breaks instrumentaux puissants, tourbillonnants et passages chantés plus tendres rythment le titre.

image
image

Déjà la sixième piste, et je n’ai pas vu le temps passer ! Une superbe intro dévoile « Cursed Writer », et un gimmick à la guitare qui vous pilonne les tympans tandis que les thèmes musicaux se bousculent. J’ai entendu défiler entre mes oreilles de nombreuses influences, qui passent de Dream Theater à Deep Purple, mais Fabrice a su donner à cette composition une approche moderne et une harmonie parfaite à l’échelle des thèmes, vraiment le titre fort de l’album ! J’allais oublier Alexis Dimitriou, le chanteur, toujours au top de sa forme.

« Be Yourself » met de nouveau en selle Natacha Kanga pour un funk/rock/prog avec un petit côté jazzy pas désagréable du tout. Bon, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, mais la mélodie se laisse apprivoiser sans retenue. La pression retombe avec la ballade « Cling To Your Dream », mélancolique en diable, Yann Fabie l’habite de belle manière et le cœur tendre que je suis s’est fait prendre dans ses filets. « Revenge Is Mine » balance méchamment un hard rock finement ciselé mais toujours énergique, les effluves de certains titres de john Wetton me traversent l’esprit. L’éponyme (Sanctuary) voit le groupe sonner comme un mélange de Ten CC dans une certaine mesure et d’Alan Parson dans une autre, un prog langoureux, limite sirupeux, mais ça passe, malgré une piste un peu longue (7:50 minutes). Un beau rock fusion/world pour terminer, « Piece Of Mind » et ses rythmes affriolants vous feront surement remuer le popotin !    

Avec ce Sanctuary » et en onze titres, les jeux sont faits ! Captivant, presque de bout en bout, Fabrice Lacourt et ses complices déclenchent un bel emballement. Très éclectique, se balançant d’un genre musical à l’autre, il réussit cependant à installer sa musique dans un rock sans frontière et de très bonne facture. Ecoutez « Cursed Writer », et vous m’en direz des nouvelles !

image
 
 

Formation du groupe

Fabrice Lacourt ; Guitares, Basse, Claviers - Benjamin Marmier : Batterie - Marjorie Alias - Chant (1,5) - Alexis Dimitriou : Chant (2,6,9,10) - Natacha Kanga : Chant (3,7,11) - Yann Rousseau : Chant (4) - Yann Fabie : Chant (8)

🌍 Visiter le site de Helium Station →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Too Late

Par Illusion Of Gravity

3.7 sur 5

METALLIA

Par OH. (Olivia Hadjiioannou)

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.