Al Rincon Por Sonar

Par

(4.5 sur 5) / Somnus Media
Categories
Rock Progressif

Rafael Pacha était pour moi un parfait inconnu jusqu’à ce que je découvre son dernier album, « Al Rincon Por Sonar ». Je fais amende honorable, en effet Rafael a consacré plus de 40 ans à la musique et produit aujourd’hui son douzième album. Il a travaillé dans des styles musicaux divers et réalisé des collaborations de premier ordre, (Javier Paxariño, Alain Piñero, Manoel Macía, Kimmo Pörsti, Last Knight, The Samurai of Prog…) Il a maintenant un nouveau projet avec Marco Bernard et Kimmo Pörsti appelé « The Guildmaster ». Honte à moi !

Il est toujours difficile de décrire exactement pourquoi un album attire l’attention. Ce fut le cas, pour moi, dès la première écoute de « Al Rincon Por Sonar », cela semble souvent être à la fois dans les petits détails et malgré tout l’ensemble doit être cohérent et passer d’un trait, j’ai horreur du morceau que l’on doit zapper et qui casse à la fois l’ambiance et la cohérence de l’opus.

image

L’album se compose de onze pistes dont trois sont chantées en anglais, deux par Carlos Espejo et une par Francisco J. Bocero. Avec des influences variées allant de Robert Fripp, Steve Hackett, Anthony Phillips à Mike Oldfield, c’est un concept fruit d’une réflexion profonde qui a pris environ trois ans de travail à Rafael, et lui a servi à « chasser les fantômes qui le hantaient ». Une musique qui illustre et parle de la vie, des mauvais moments que nous devons tous vivre, et du stress de la vie quotidienne.

Une œuvre riche de plus de 54 minutes, et dès les premiers sons de clavier d’El Despertar De La Ciudad, un instrumental, j’ai su que j’avais quelque chose de fort et puissant dans mon lecteur. Aucun morceau n’est faible, pas de bouche-trou, et pour paraphraser Brassens tout est bon dans ce « Al Rincon Por Sonar » y a rien jeter!

Malgré tout, j’ai quelques petites préférences : « La línea de la vida », qui voit la focalisation de Rafael sur le rythme fort plutôt que la mélodie, « Books On The Schoolyard » pour la beauté évanescente de la mélopée. Un « Friends » magistral de charme alliant judicieusement folk et progressif, « Zapateado De Su Senoria » à la délicatesse médiévale, et pour finir « La Discusion » aux accents prog à la J.Tull.

Plus j’écoute « Al Rincon Por Sonar », plus j’apprécie la façon dont tout est impeccablement mis en place de la bonne manière et à point nommé. Si vous aimez un rock progressif élégant et intelligent l’album de Rafael Pacha est fait pour vous, l’essayer, c’est l’adopter, vous ne serez pas déçus.

Formation du groupe

RAFAEL PACHA: psaltérion Hackbrett, flûtes à bec, guitares électriques et acoustiques, mandoline, synthétiseurs, percussions et basse - KIMMO PÖRSTI [LE SAMOURAÏ DE PROG]: Batterie - CARLOS ESPEJO: Chant - MANUEL MACIA: Guitare acoustique - FRANCISCO J. BOCERO: Chant - JAVIER MARQUEZ: Sax Soprano - JOSE MANUEL MEDINA [MANDALABAND | LAST KNIGHT]: Orchestrations

🌍 Visiter le site de Rafael Pacha →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *