The Whispering Of The World

Par

(4.8 sur 5) / White Knight Records
Categories
Rock Progressif

Tiger Moth Tales est le projet musical du génial anglais Pete Jones, natif du comté du Nottingham. Pianiste de grand talent, on peut aussi le ranger facilement dans la catégorie des multi-instrumentistes, jouant notamment entre autres du saxophone. Il est par ailleurs doté d’un beau brin de voix. Tiger Moth Tales c’est avant tout une musique progressive bien anglaise, avec ce qu’il faut d’atmosphères symphoniques, pastorales et même excentriques. Pete Jones sait aussi simplement se mettre devant son piano et égrener une chanson telle que le sublime « Feels Alright », qu’au niveau de l’émotion je place aux côtés du génial « Je veux être un homme heureux » de notre compatriote William Sheller.

Cette étrange année 2020 aura vu nombre de musiciens et de groupes mettre les bouchées doubles et proposer un nombre d’albums parfois impressionnant. Pete Jones n’est pas en reste : 2 ou 3 albums live, un 5eme album studio « Still Alive » et puis le tour dernier « The Whispering Of The World » dont il est question ici. Loin du symphonisme des précédents, Pete se pose simplement devant son piano et propose huit magnifiques et délicates chansons. Un quatuor à cordes en second plan vient habilement rajouter ses sonorités suaves à cet ensemble musical peu conventionnel, en tous cas dans la musique progressive.

Une ouverture grandiose et joyeuse avec un thème ample et noble qui rappelle un peu Kansas – le violon y est sans doute pour quelque chose, « Taking The Dawn » évoque le chant des oiseaux à l’aube, ce que symbolise évidement la courte incise au violon qui lance le morceau. « The Whispering Of The World » est tout autre et je le trouve particulièrement poignant. Un intervalle du triton au piano qui sera répété obstinément tout au long du morceau comme une tintement lugubre, et qui me rappelle la cloche immuable du « Gibet » du recueil « Gaspard de La Nuit » de Maurice Ravel. D’ailleurs, le piano de Pete Jones est ici nettement ravélien dans son traitement harmonique. Un sommet que cette piste !

image

« Sweeter Than Wine » revient sur des terres nettement plus bucoliques, sous forme d’une agréable ballade où le piano et le chant sont délicatement soutenus au violoncelle. « Quiet Town » enchaine sur un piano volontiers dissonant. La plus longue piste de l’album délivre tour à tour atmosphères sombres, et moments plus lumineux et à nouveau de superbes harmonies pianistiques. « A Town By The Sea » évoque quelque moment de détente ou de vacances sur la côte. Entièrement instrumental, avec là aussi quelques envolées évoquant Kansas. Le mix piano / cordes est parfaitement équilibré et fonctionne à merveille !

Nouvelle évocation ornithologique avec « Blackbird » au piano et au chant, avec vocalises au violon. On peut y trouver des analogies avec le célèbre morceau de Paul McCartney écrit pour les Beatles en 1968. « Waving, Drawning » et son tempo allegro giocoso, vous fera sûrement taper du pied, avant un nouveau grand moment d’émotion avec la dernière piste, « Lost To The Years ». Je comprends qu’on évoque ici la perte récente d’un être cher. Musique élégiaque cela va sans dire, où la magnifique voix de Pete est une fois de plus bien secondée au piano et aux cordes. Au passage on entendra quelques notes tirées du « Feels Alright » cité plus haut…

A un niveau plus technique on notera un son exemplaire, des cordes parfaitement orchestrées – c’est le travail du compositeur gallois Ian Lawson, ainsi que la participation de Robert Reed (Magenta). Dans ce « The Whispering Of The World », il ne s’agit plus ici pour Pete Jones de se cacher derrière des claviers emphatiques ou des guitares véloces, mais juste de laisser parler sa sensibilité, sans artifices. Et là, croyez-moi, il en faut du talent, sans parler d’une impeccable technique au piano ! Bref nous avons ici un must have.

Formation du groupe

Peter Jones : Grand Piano, Chant - avec: David Adams : Violon - Lowri Porter : Violon - Nancy Johnson : Alto - Sandy Bartai : Violoncelle - Sarah Berger : Violoncelle - Arrangements de cordes pour violoncelle : Ian Lawson & Peter Jones

🌍 Visiter le site de Tiger Moth Tales →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *