Wasteland

Par

(4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Crossover Prog Rock Progressif

Basé au Royaume-Uni, NERVOSA est présent depuis plus de 14 ans, sur la scène musicale. Ils sont adeptes d’une musique progressive proche de Porcupine Tree, mais aussi de celle plus commerciale de Muse et même d’Arcade Fire. Composé de cinq membres, et après trois premiers EP, Nervosa sort son premier album complet « The Cube Sessions » en 2017. Aujourd’hui ils produisent leur deuxième album « Wasteland ». Dean Forrest a géré le mix et la production et Steve Kitch de Pineapple Thief le mastering.

Wasteland serait-il l’aboutissement musical de tous ses efforts ? Pour ce faire, les six titres de l’album vous invitent à plonger dans une musique légère et mélodiquement très efficace. La plupart des titres sont ainsi composés d’un savant mélange de refrains mémorisables et d’interventions instrumentales hyper léchées et développées. Tel, « Chevron » et sa large palette sonore, qui ouvre l’opus. Le son est énorme ainsi que le raffinement mélodieux, l’on pense pêle-mêle au Steve Wilson des débuts (Insurgentes 2008) ou à Aisles avec son 4:45 AM.

image

Pour la suite « The Wasteland Pt. 1 et Pt. 2 », Nervosa décide de frapper encore plus fort, histoire d’enfoncer le clou et d’asseoir définitivement son savoir composer. La partie 1 nous amène pour 2 minutes sur les rivages du Floyd. La deuxième partie, plus impressionnante, développe un rock progressif élaboré mais facile d’accès. Refrains accrocheurs et breaks ambitieux sont de la partie, une véritable réussite. Sortez vos mouchoirs, car « Prelude » s’engouffre dans la ballade sensuelle, une superbe mélodie aux arrangements luxueux et vaporeux, pas de faux pas, ce titre ravira de toute évidence les amateurs de belles architectures.

Le chant féminin fait son apparition sur « Countrycore », celui de Bethany Wade, la compo se permet une petite goulée d’air frais du côté du Mostly Autumn et de Heather Findlay. Un titre juste là pour souffler cinq minutes avant le gargantuesque « Circle of Friends ». Dans les plus de huit minutes de la piste, Nervosa affiche une sensibilité qui ne peut laisser indifférent, sans ambages mais avec éloquence, « Circle of Friends » nous emporte dans un style mélancolique, parfois triste dans l’introduction, mais enjoué dans son final où les arabesques du sax virevoltant de Bethany font des merveilles, je ne vous en dit pas plus !

Rien de révolutionnaire, mais « Wasteland » est un album de belle facture, frais et lumineux, les atmosphères y sont voluptueuses. Manifestement, tout y est fait pour séduire les mélomanes que nous sommes !  

Formation du groupe

Jon Winter (chant, guitares), - Andy Cunningham (guitares), - Ant Barrett (batterie), - Matthew Duggan (basse) - Bethany Wade (claviers, saxophone, chant).

🌍 Visiter le site de Nervosa →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Valor

Par The Opium Cartel

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *