Loves Lost Property

Par

(4.5 sur 5) / Firefly Music / Distribution : burning shed
Categories
Rock Progressif

Une nouvelle sortie de Three Colours Dark, ex-Karnataka, formé par la chanteuse Rachel Cohen (Reasoning) et Jonathan Edwards le claviériste (Panic Room / Luna Rossa). Après le très beau ‘The Science Of Goodbye, voici donc, « Loves Lost Property », et pour résumer leur terrain musical, ils ont réussi à mélanger le rock progressif et le folk/rock pour se forger une image distinctive.

Loves Lost Property’ s’ouvre par son titre éponyme et j’ai pensé en l’écoutant : ‘Ouah, le titre parfait, qui commence par une douce intro mélancolique au violon, mais qui devient rapidement hypnotique avec l’entrée en lice de la guitare et surtout du chant de Rachel’. Impression confirmée par la suite de la mélodie qui vous embarque dans un rêve éveillé. Si la suite est du même niveau…. Une ligne de synthé aérienne et la voix délicate font décoller « Dark Before Dawn » dans un registre assez proche du précédent, que du plaisir.

Three Colours Dark propose avec « Requiem » la composition la plus sombre de l’album, une mélodie subtile et prenante, l’intervention d’instruments à vent soulignant adroitement les contours de celle-ci avec une approche qui s’apparente à la musique classique. Le thème est triste « Last Day On Earth », mais la mélodie est fantastique, un mélange de mélancolie et de romantisme qui sied à merveille à la voix sensuelle de Rachel. Cela fonctionne parfaitement dans le contexte de l’opus. L’un des moments forts de l’album !

image

J’aime particulièrement l’introduction au piano de « Wish I Wished You Well » et le travail du violon, qui sonne pratiquement comme un classique folk, la plage est calme et éthérée. « The Circus » s’ouvre avec quelques lignes de synthé où se place le chant, le tout contrastant avec le rythme rock chaloupé qui prend le relai. Une composition sympa et relaxante mais qui tombe dans le domaine commun des mélodies bien faites mais qui ne reste pas en mémoire. Une reprise de Duran Duran, « Ordinary World », ouais, bon, ce groupe ça n’a jamais été ma tasse de thé, mais pourquoi pas ! Et, effectivement la ‘cover’, comme dise les anglo-saxons, a du chien, il faut dire que remise entre les mains de notre duo ça n’a plus rien avoir avec l’original, les musico sont au poil, les solos de guitare et de synthé nous en mettent plein les oreilles, et que dire du chant envoutant et splendide. Tiens, je le remets…

Un autre point culminant, l’avant dernier titre « Eye For An Eye » démarre sur une intro aux motifs fluctuants, s’en vient ensuite une guitare limpide et un solo de sax ravageur qui servent à merveille la composition. La reprise de ‘Love’s Lost Property’ en fin d’album permet au groupe de développer le thème principal y ajoutant un côté folk un peu plus appuyé.

Le duo Rachel Cohen et Jonathan Edwards au meilleur de sa forme rend avec « Loves Lost Property » une copie des plus attrayantes. Un passionnant voyage musical qui affiche une volonté d’aller-au-delà des genres et mêle les atmosphères et les styles avec une belle aisance !  

Formation du groupe

Rachel Cohen : Chant - Jonathan Edwards : Claviers - Dave Gregory (XTC/Big Big Train) : guitare électrique - Tim Hamill : guitares, basse et batterie Steve Balsamo (ChimpanA/The Storys) : chant - Kate Ronconi (The Rag Foundation) : violon - Andrew ‘Wal’ Coughlan (Gary Numan/Cerys Matthews) : contrebasse - Steve Simmons : saxophone ténor - Catherine Tanner-Williamns : hautbois

🌍 Visiter le site de Three Colours Dark →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *