The Other Life

Par

(4 sur 5)
Categories
Rock Progressif

Trois ans après ‘Unidentified Dying Objects’, Argos sort un nouvel opus nommé « The Other Life », leur sixième production en studio. Quelques changements au niveau du line-up, le guitariste de longue date Enrico Florczak a décidé de quitter le groupe vers la fin de 2019. Peu de temps après, le claviériste Thilo Brauss est parti pour pouvoir se concentrer davantage sur ses propres projets. Le nouveau guitariste, en remplacement depuis l’année dernière, est Ákos Bogáti-Bokor du groupe prog roumain Yesterdays. En tant que leader et fondateur du groupe, Thomas Klarmann assume quant à lui la plupart des compositions. Des invités font leur apparition, au fil des plages, comme la chanteuse roumaine Stephanie Semeniuc et le saxophoniste allemand Marek Arnold.

Dès la première écoute l’on ressent la recherche d’Argos pour proposer des compostions 100% abouties, on a l’impression que chaque son, chaque note a été créé pour être le meilleur possible, ici pas de remplissage. Neuf titres dans une mouvance prog dont l’écriture peut vous faire penser à Genesis, Marillion et parfois même pencher vers le Canterbury proche de Caravan. Un enchainement de titres qui n’a rien d’aléatoire, qui s’écoule en se mariant harmonieusement et capture parfaitement l’essence de la nature du groupe.

Petite revue de détail : « Chameleon Sky » nous fera penser au Caravan des années 70, une mélodie pétillante met en scène le chant de Robert Gozon sur un fond de guitare et clavier dans la veine de Camel. Un titre agréable quoiqu’un peu trop répétitif dans son final. Environnement musical identique pour le mid-tempo « Broken Mirror », qui rappelle par certains côtés des titres de Peter Hammill, un prog acoustique et bucolique avec une ligne de basse chaude et entreprenante tout du long. « The Twilight Mind » ressemble à un croisement entre Genesis et Yes, une mélodie où la guitare et bien en avant sur un travail de batterie expressif. Au départ un duo délicat et magnifique de guitare acoustique et de flute, « Johnny Head-in-Air » finit sur un rock plus enlevé souligné par les subtiles interventions de Marek Arnold au saxophone.

image

L’enjoué « I Carry Light » traduit le parfait équilibre musical entre la lumière et l’ombre. Plus proche du néoprog que les précédentes compositions, « The Trial of the Pyx », cette dernière est la piste la plus longue et c’est aussi la plus architecturée de l’album, elle est truffée de nombreuses variantes de rythme, d’influences électro, planantes et même folk, le solo de guitare est long et mélodique. « Weak End » a un début acoustique plutôt calme mais s’anime bien vite avec le travail de la guitare, des claviers et d’harmonies vocales du plus bel effet. Il commence doucement « The Shall See Hotel » sur des arpèges de guitare et une basse ronde, il se construit lentement, chaque instrument entrant en ordre serré dans la mêlée. Une piste bien structurée avec une guitare proéminente sur une mélodie addictive. Une ballade pour terminer sur une fin en douceur, « The Library of the Future » une compo épurée et intimiste, mon morceau préféré de l’album.

Bon, je ne vais pas faire la fine bouche, mais « The Other Life » est un cran en dessous de l’excellent ‘Unidentified Dying Objects’, Même si l’on retrouve le son Argos, le niveau des compositions est moindre. Malgré tout l’album propose dans son ensemble un rock progressif de qualité qui devrait contenter bon nombre de mélomanes.

Formation du groupe

Thomas Klarmann : basse, flûte, claviers & ambiances sonores, lead & chœurs - Robert Gozon : chant et claviers - Bogáti-Bokor Ákos (Hier) : guitares électriques, acoustiques et basses, claviers, chœurs - Ulf Jacobs : batterie & percussions, chœurs - - Avec : Stephanie Semeniuc (Hier) : chœurs Marek Arnold (Seven Steps To The Green Door, Cyril, Toxic Smile, Damanek, UPF) : saxophone - Thilo Brauss : claviers & orgues

🌍 Visiter le site de ARGOS →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

C4

Par CEN-ProjekT

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.