Moment of Inertia

Par

(3 sur 5) / Autoproduction
Categories
Atmosphérique Rock Industriel Rock Progressif Space Rock

Thomas Jamet produit son troisième album instrumental intitulé « Moment of Inertia ». Celui-ci reflète tout à fait ses influences diverses qui vont de la musique synthétique au rock industriel en passant par des  références à des musiciens comme Vangelis et Jean Michel Jarre. Les guitares sont bien souvent saturées, et les claviers imaginatifs utilisent des sons classiques, ceux que l’on retrouvait dans les productions électroniques des années 80.

Les rythmes sont changeants tout en étant soutenus, à l’image de « Proper Motion », qui ouvre l’album développant un univers musical industriel et ‘catchy’, créant un contraste parfois surprenant, mais musicalement toujours agréable. Dans une veine similaire « Dark Energy » insuffle une fraîcheur et une spontanéité particulièrement efficace qui repose sur un groove imparable d’où la guitare électrique surgit empruntant ses riffs musclés à la puissance du métal progressif.

image

Légère accalmie pour « Across the Night Sky », qui exploite, tout en retenue, une rage latente et explosive. Le titre « Angular Momentum » s’effile, hypnotisant, long, lent, étiré sur presque quatre minutes de claviers et de guitares mordantes. « Stellar Parallax » se développe, mystique, hallucinée, sur le squelette d’une ballade pop habillée d’électricité, tandis que l’introduction légère et des rythmes tantôt lancinants tantôt enjoués, exposent « Pulses of Light » à un mélange hybride de tradition et de modernité.

Mais, tout n’est pas du pain bénit, à ce niveau de l’écoute, c’est la structure des schémas musicaux trop répétitifs qui limite l’attrait des compos et donne l’impression d’écouter toujours le même morceau. Ce manque de diversité se retrouve sur « Escape Velocity », « Essence of Life » et « Ephemeris » qui empruntent le même cheminement que ses congénères, pris séparément chacune d’entre elles fait bonne figure, mais leur intégration au sein d’un album frôle le trop plein. Impression légèrement atténuée sur le titre final, « Libration » affiche un caractère universel, un style plus aérien est ainsi développé qui colle tout à fait à l’atmosphère souhaitée par Thomas.

On peut ainsi reprocher à « Moment of Inertia » non pas un manque de densité, mais bien le contraire, il n’en reste pas moins un album intéressant !

Formation du groupe

Toutes les musiques écrites et interprétées par Thomas Jamet

🌍 Visiter le site de Thomas Jamet →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Crossover

Par David Cross &. Peter Banks

3.7 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *