Time And Other Delusions

Par

(4.8 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Dans la vie il y a de bons moments : vous consultez les news musicales et vous apprenez que Thirteen Of Everything vient de sortir un nouvel album, le 3ème, Time And Other Delusions. Je ne discuterai pas ici de savoir si le temps est une illusion ou pas, mais j’étais assurément plus jeune lorsque que je découvris il y bien longtemps un excellent album dénommé Welcome Humans, première œuvre d’un groupe texan édité pour l’occasion et chez nous par MUSEA. En tant que groupe américain, le style de nos texans pourra se comparer à des groupes tels IZZ, par exemple, mais il faut aussi regarder vers l’Angleterre et citer Genesis, Gentle Giant ou YES.

L’affaire débute par « Timeline », plutôt sage sur le plan mélodique et harmonique, mais qui démontre l’appétence forte du groupe pour les claviers luxuriants, les guitares expressives et une rythmique puissante. « Alternate Life » cache son jeu pendant les quelques instants d’une intro calme et néo-classique au piano, avant un premier climax qui fait parler la guitare pour énoncer un thème plutôt mélancolique. Les vocaux prennent le relai, jusqu’au break central nettement plus débridé et coloré avec un thème amusant à la guitare et plus loin carrément un petit air d’accordéon. Tout ça sonne bon le prog des années 60-70.

image

Les choses prennent une nouvelle tournure sonore avec l’excellent instrumental, « Where The Time Goes » et son thème répétitif et entêtant à la Gentle Giant. Un superbe dialogue claviers /guitare, un break central un peu jazzy, de la belle musique assurément ! Dans la même veine musicale, on s’intéresse ensuite à l’avant-dernier vol d’Armando le pigeon (« The Penultimate Flight of Armando the Pigeon »), prétexte un autre superbe moment musical. Le titre est amusant, la ritournelle introductive à l’orgue l’est tout autant, et donne un ton joyeux et léger à un ensemble sonore une nouvelle fois tout droit sorti des seventies. « The King of Istambul » est un chat, ce que montrent sans aucun doute possible l’illustration accompagnant le morceau et le miaulement discret en début de morceau. Mais on sait aussi par ailleurs que dans la grande métropole turque, les chats sont effectivement des rois. On commence par une balade sereine sur un mid-tempo. La suite, plus rythmée, fait appel à une montée chromatique à la guitare grinçante à souhait (vers 3’30), avant un passage central où se succèdent des épisodes assez contrastés.

Retour à une atmosphère plus planante avec un « Warmth and Darkness » par ailleurs ni spécialement chaleureux ou noir, mais plutôt mélancolique et rêveur, avec même une ambiance assez blues et qui se termine dans un battement de cœur qui ralentit et puis s’arrête. L’album ne se clôt pas sur cette note un rien tragique puisqu’il reste l’épique « Count All The Days » et ses 16’30 ! Les cinq premières minutes de cet étonnant morceau donnent dans un style assez torturé à la VDGG ou King Crimson, alternant franches dissonances et passages plus harmonieux, dans un contraste particulièrement réussi. Une deuxième partie planante et contemplative, introduite au clavier par un simple motif monodique, est d’une superbe musicalité. L’arrivée des vocaux nous amène sur une lente balade plus conventionnelle. L’orgue introduit alors le final qui replonge dans les dissonances avant la réapparition du thème planant cité plus haut et une coda sinon lumineuse, du moins harmonieuse.

image

Thirteen Of Everything, le quatuor formé par Brett Cosby, Mick Peters (*), Ted Thomas et Bob Villwock, c’est le prog anglais des seventies revisité par des américains dotés d’une formidable aisance instrumentale et d’un sens aigu de la composition musicale. Time And Other Delusions (**) se révèle être un superbe album de prog symphonique, complexe et sophistiqué, et passionnant de bout en bout. Encore un must have!

(*) qui manie ici notamment le Chapman Stick (https://www.youtube.com/watch?v=2GS0nKIebCc)

(*) https://thirteenofeverything.bandcamp.com/album/time-and-other-delusions

Formation du groupe

Brett Cosby : guitares - Mick Peters : Chapman Stick, basses, pédales de basse, chant - Ted Thomas : batterie & percussions, chant - Bob Villwock : claviers - Avec Thad Miller : claviers sur "Alternate Life"

🌍 Visiter le site de Thirteen of Everything →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Orbe

Par Le Baron de Vincèse

4.2 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *