Days Of Innocence

Par

(4.1 sur 5) / Sonic Portrait Records
Categories
Rock Progressif

3eme opus d’un groupe anglais dont je n’avais jamais entendu parler, Days Of Innoncence m’a immédiatement convaincu. Le groupe en question, Stuckfish, est né en 2017 d’une collaboration entre deux musiciens, Philip Stuckey (chanteur, compositeur) et Adrian Fisher (guitariste, compositeur, producteur). Après deux albums, ils sont rejoints en 2020 par Gary Holland (claviers), Phil Morey (Basse) et Adam Sayers (batterie).

On démarre assez calmement avec « Thief In The Night », sa délicate guitare acoustique et un refrain lumineux. Un agréable développement instrumental laisse place à la guitare avant le retour du chant triomphal. Voilà une balade digne de Barclay James Harvest ! « Game Changer », un excellent morceau de rock classique façon seventies, fait mouche avec un refrain à nouveau mélodique à souhait. La piste-titre, « Days of Innocence » démarre sur un duo guitare acoustique / basse qui énonce le thème mélancolique repris ensuite au chant avec une nouvelle mélodie qui fait mouche.

image

L’intro d’ « Age of Renewal » est particulièrement réussie avec un beau passage à la guitare acoustique et une ambiance folk. Changement de style après 4’ et c’est la guitare solo qui prend les affaires en main, et de belle manière. On admirera la clarté et les accents de la voix de Phil Stuckey sur « Painted Smile ». S’en suit un passage narratif rehaussé par un puissant thème de guitare et puis un orgue aux sonorités de fête foraine.

La piste suivante « Yearn » reste dans les tempi lents avec son étrange atmosphère d’intro sur un piano grave et un chant à la trompette. Peu d’évolutions harmoniques tout au long du morceau mais un rythme imperturbable sur lequel mélodies vocales et solos de guitares viennent s’appuyer. « Nevermore » fait dans le hard rock classique, sans surprise mais efficace. Pour le final, « Different Ways », le groupe joue à nouveau sur un tempo lent et une musique plutôt mélancolique qui va crescendo jusqu’au climax sur les paroles Differents ways. Pour les trois dernières minutes, c’est une ambiance calme et plus lumineuse qui se met en place, avec un superbe solo de guitare d’Ade Fisher. Un dernier accord majeur termine l’album dans une infinie délicatesse.

image

Voilà un groupe (*) dont je n’avais jamais entendu la moindre note et qui mérite le détour tant on s’approprie aisément les somptueuses lignes mélodiques et le jeu instrumental impeccable : Le chant et la guitare sont d’une clarté absolue. Well done !

*

Formation du groupe

Phil Stuckey : Chant, Trompette - Ade Fisher : Guitare - Gary Holland : Claviers - Phil Morey : Basse - Adam Sayers : Batterie, Percussions

🌍 Visiter le site de Stuckfish →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Spectrum

Par Riccardo Romano Land

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.