Deep In The Old Forest

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Métal Progressif Rock Progressif

Compte tenu de mon intérêt pour le rock progressif, je ne pouvais passer sous silence SomeWhereOut, le projet du guitariste andalou Raúl Lupiañez. Il a Un album à son actif, « Eternity, Infinity » paru en 2019, dont je ne connaissais pas l’existence jusqu’à l’arrivée du petit dernier.

Le titre de l’opus « Deep In The Old Forest » reflète bien le concept qui transpire à travers l’album, à savoir douze titres inspirés principalement par divers contes folkloriques basés sur des thèmes liés aux forêts et aux montagnes. La musique qui puise ses origines dans un genre prog/métal est d’un très bon niveau. Raúl, le maître d’œuvre, est le musicien principal du groupe, à la fois guitariste, bassiste et claviériste. Il est accompagné de Francisco Garoz à la batterie, ainsi que de quelques autres musiciens qui contribuent aux guitares ainsi qu’aux instruments à cordes. Il y a aussi huit chanteurs en vedette sur l’album.

Chaque piste est indépendante et n’offre pas seulement des exercices de styles, comme bien souvent dans le genre, mais des architectures élaborées et bien trempées. Les premières écoutes m’ont fait entrevoir, la quantité surprenante de mélodies qui s’incrustent sans peine dans le cerveau, rendant, au fil du temps, l’expérience de plus en plus agréable.

« Prelude: The Stories » s’ouvre sur plus d’une minutes de paysages sonores psychédéliques, avant que « Bones, Blood and Fear » ne commence. Première pièce de prog/métal qui présente une belle dynamique, avec des parties fortes et des moments d’un calme olympien. « Someone With No Name » commence comme une ballade, complètement différent du titre précédent. Il a un son sombre et très profond qui lui donne une sensation d’apesanteur, légèrement corrigé par la grâce du chant Alba Bermejo. Le violon de Begoña Ramos donne à « Our Promise » une légèreté printanière, le chant d’Abraham Linares apporte quant à lui une évidente touche de sensualité et la guitare de David Espinar couronne l’ensemble d’un solo doublé du violon à tomber à la renverse.  Retour du prog/métal avec, « The Fallen One », la mélodie commence par une lente intro avec des percussions syncopées, presque fusions. Les changements de rythme sont très agréables, il est super d’entendre le chant chaleureux de Jóse Mañas, qui colle magnifiquement aux paysages sonores et crée l’atmosphère la plus en adéquation possible avec la musique.

Une voix céleste amorce « You and I », celle de Eleison Braiden, et c’est parti pour six minutes de pure délectation me propulsant sur un nuage d’où perché, il me sera difficile de redescendre. Et ce n’est pas avec « The Midnight Bell » que je prendrai la direction du plancher des vaches. Le duo Alba Bermejo et Abraham Linares au chant feront perdurer le plaisir azuré et cristallin. Bon, comme il faut bien atterrir un jour, « The Crystal Mountain » me facilitera les choses en envoyant du lourd. Du métal ou du hard, ça sera à votre convenance, le titre est plus que pêchu, il affiche une combinaison de guitares lourdes et de sons typiques pour le genre, rien de neuf mais le tout est bien ficelé. Après cette partie très explosive suit, « Interlude II: Winter » un titre étonnamment mélancolique, agrémenté de la belle voix de John Serrano, servie sur tapis de velours par le violon de Begoña Ramos.

Le titre le plus long, « The Old Forest » (14:49 minutes), affirme son influence prog du côté de Porcupine Tree. C’est l’un des moments forts de l’album. Beaucoup de changements de  tempo et une superbe orchestration symphonique. Le thème est grandiose, la guitare aérienne se superpose aux claviers passant de très fragile à explosive. Les schémas rythmiques changent très souvent et l’auditeur est confronté à la fois à un son très confortable, chaleureux et à une belle complexité.

C’est plutôt rare qu’un album arrive immédiatement à me séduire, c’est le cas de « Deep In The Old Forest ». Globalement un bel album, équilibré dans les compositions, le son et dans la démarche thématique et artistique. Continuado Raúl !

Formation du groupe

Raúl Lupiañez - Guitares électriques et acoustiques, basse, claviers. - Francisco Garoz - Batterie. - Andrés Gabarrón - Basse sur piste 05. - Antonio Maña - Basse solo sur piste 12. - Alba Bermejo - Voix sur les pistes 04 et 09. - Eleison Braiden - Voix sur piste 08. - Abraham Linares - Voix sur les pistes 05 et 09. - Jóse Mañas - Voix sur piste 07. - Dante Martín - Voix sur les pistes 02 & 12. - Jesús Martínez - Voix sur piste 10. - Raúl Medina - Voix sur piste 03. - John Serrano - Voix sur les pistes 01 & 11 . - Begoña Ramos - Violon 5 cordes sur les pistes 01, 05, 08 & 11 . - Eduardo Antón - Solo de guitare en piste 02. - David Espinar - Solo de guitare en piste 05. - Israel Lupi - Solo de guitare sur la piste 10. - David Santana - Solo de guitare sur la piste 02. -

🌍 Visiter le site de SomeWhereOut →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Too Late

Par Illusion Of Gravity

3.7 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *