Presence of Life

Par

(5 sur 5) / Self
Categories
Rock Progressif

J’attendais Kerrs Pink depuis 2013, année de la sortie de son dernier album studio, Mystic Spirit. Depuis le début du groupe dans les années 70, il ne reste qu’Harald Lytomt à la guitare, mais la formation d’aujourd’hui est la même que celle ayant quitté la scène en 2013.

Kerrs Pink présente donc son nouvel et tant désiré opus : « Presence of Life » qui sortira le 4 mars 2021. Depuis le début de sa carrière, en 1980, avec la parution de son premier album éponyme, Kerrs Pink porte audacieusement ses influences. Il revendique jouer du rock progressif, celui des années 70, mêlant folklore scandinave et musique sophistiquée. Fort d’une discographie de six albums, j’avais été conquis par la qualité et la justesse de leurs compositions, notamment dans leur excellent « A journey on the inside  (1993) ».

Evidemment, les compositions du petit dernier évoquent de nombreux classiques, qui rappellent les beaux jours d’antan et respirent positivement les atmosphères que l’on retrouve dans des groupes tels que Genesis, Eloy..

image

Le bien nommé « Resurrection » entame la galette de belle manière, le chant d’Eirikur Hauksson, se situant entre celle de Bob Catley (Magnum) et Nad Sylvan met parfaitement en valeur les arabesques de la mélodie. Plus de neuf minutes d’une épopée où l’accordéon de Glenn Fosser vient jouer les trouble-fêtes, assaisonnant les lignes mélodiques de légers accents folk. Toujours dans la veine d’un rock progressif du début des années 70, le titre mélange habilement une sensibilité moderne enrobée d’une nostalgie qui ravira les amateurs d’un prog conventionnel. Cette piste contient l’une des lignes d’accroche les plus fortes de l’album. Tout comme « Private Affairs », débutant avec un riff tout droit sorti du répertoire des débuts de Kansas, qui met bien en valeur la capacité du groupe à dessiner un motif et à le développer au fil du temps. Le refrain est tout aussi racoleur et les thèmes à la guitare ont l’harmonie contagieuse.

C’est dans la direction de Genesis, entre autres, et dans un style pur prog qu’arrive « The Book of Dreams ». Piste épique d’une mélodie à tiroirs, une approche terriblement bien ciblée s’appropriant avec brio de nombreux changements subtils de rythme et d’humeur, avec toujours une mise en avant intelligente de riffs de guitare lourds et de touches d’accordéon plus légères. Le chant est excellent, la légère ambiance folklorique en élargira sans aucun doute l’attrait. Petit adoucissement avec le sophistiqué, presque romantique « Away From Shadows », qui offre une confirmation du large éclectisme du groupe. Le titre nous embarque dans une odyssée au long cours, avec ses nombreuses pauses hypnotiques qui rehaussent l’atmosphère, tandis que la section rythmique et les riffs de guitare renforcent le contraste de la pièce, les claviers quant à eux font tout leur possible pour en adoucir l’impact. Petit tour dans le tourniquet du rock symphonique avec « Luna », La Ballade, une sensation douce vous enveloppe, attrayante et chaleureuse elle déambule sur un rythme facile, embelli par des chœurs majestueux, elle est suffisamment courte pour avoir un impact mémoriel efficace.

image

Une ouverture classe avec des riffs réguliers construit « In Discipline And With Love » de manière fluide et naturelle. Tous les ingrédients sont là, complexité et cohésion dans l’écriture de cette très longue plage (12:27 Minutes), pour faire couler de manière ordonnée les paysages musicaux. Mêlant Prog symphonique, folk scandinave, musique classique et rock, elle ne laissera probablement pas l’auditeur indifférent.

Un retour en grande pompe pour Kerrs Pink, « Presence of Life » s’avérera indispensable pour les fans et, pourrait bien être le point de départ pour ceux qui recherche un groupe de rock progressif ayant fait ses preuves qualitatives et présentant une musique bien sous tous rapports !

Formation du groupe

Eirikur Hauksson : Chant - Harald Lytomt : Guitares - Per Langsholt : Basse, Pédales de basse Taurus - Glenn Fosser : Hammond, Mini Moog, accordéon, claviers - Magne Johansen : Batterie, Chœurs - Lasse Johansen : Piano, Mini Moog, Mellotron, Claviers - Hans Jørgen Kvisler : Guitares

🌍 Visiter le site de Kerrs Pink →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

No Air

Par Perfect Storm

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *