Future Impact of Past Diversions

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Métal Progressif Rock Progressif

Son premier album ‘Disconnection Complete’ sorti en 2021 avait retenu toute l’attention de ProgCritique. Tomi Kankainen le multi-instrumentiste et chanteur finlandais, derrière le projet Confusion Field, revient avec un nouvel album ‘Future Impact of Past Diversions’. La musique de Confusion Field est un mélange de nombreuses influences musicales issues du monde du prog, de la pop et du métal, l’ancien et le nouveau se croisent dans des effluves où se percutent les atmosphères légères et ‘heavy’, avec une touche nordique mélancolique.

Neuf titres pour 48:51 minutes et un démarrage sur les chapeaux de roues avec le premier titre, « Atom Child » aux riffs puissants et synthés cosmiques, sur une mélodie propulsée par la rythmique endiablée de la batterie de Petri Honkonen. Le ton est donné, le style est confirmé et s’il faut donner des références à la musique de Confusion Field, je dirais qu’elle navigue (en plus musclée) dans les eaux de groupes tels que Riverside, Millenium… Sans transition arrive « Secondhand Escape » un prog/metal au rythme plus serré affichant une présence encore plus affirmée de la batterie nous catapultant sur des lignes mélodiques syncopées, accentuant ainsi son caractère plus qu’immédiat.  

image
Tomi Kankainen

« Do Not Engage the Enemy » un morceau à la sensibilité métallique plus appuyée, des riffs percutants, et une férocité atténuée par quelques détails de claviers subtils, une tempérassions toute relative d’une agressivité qui transparait tout en affichant une richesse mélodique et une belle variété atmosphérique. L’intensité de l’album se maintient sur « Phoenix Learns to Fly » qui malgré une approche plus douce garde une forte dynamique. Une touche electro se manifeste sur « To the End of the Hex » qui se meut sur un mur de claviers, une batterie explosive, une basse ronflante, des riffs de guitare en blocs et un excellent solo de guitare dans la section médiane plus lente. Mélodie accrocheuse pour « Defence Solution » où guitares torturées et synthés tourbillonnants fournissent l’épine dorsale d’un plaidoyer vocal tout à fait convainquant. Même formule mélodique gagnante avec « Tomorrow Started Yesterday » rehaussée par un arrangement astucieux et un rythme hoquetant, soutenus par des claviers omniprésents et une guitare cinglante.

Comme il se doit, conforme à un standard commun dans ce style d’album, un titre mid-tempo est inclus, « The Waiting Room » fait preuve de finesse et dégage une profonde émotion. Belle transition vers la longue suite (10:48) « Factory Shadow » qui se divise en trois sections : ‘I – The One Who Never Sleeps’, ‘II – Lion Park Trail ‘et ’III – What If’. Un voyage musical, rempli de textures sonores et de solos de guitare époustouflants, lent dans son introduction ‘I – The One Who Never Sleeps’, le titre atteint son paroxysme avec sa signature rythmique prog dans la deuxième partie. Les choses s’accélèrent, encore une fois, dans le final ’III – What If’ avec un superbe travail du guitariste Markus Jämsen, mais également par l’excellent jeu de clavier et la performance vocale de Tomi Kankainen.

Avec ‘Future Impact of Past Diversions’, Confusion Field fusionne avec brio une myriade d’influences pour créer quelque chose d’unique. La combinaison d’éléments prog-rock avec les formes énergiques du prog-metal, le tout agrémenté d’une pincée electro, fait de cet album un vrai régal.

Formation du groupe

Tomi Kankainen : chant, basse, claviers, guitares - Petri Honkonen : batterie - Markus Jämsen : guitares solo

🌍 Visiter le site de Confusion Field →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Magic

Par VOYAGER X

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *