Prometheia I Arrival

Par

(3.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Electronique Rock Progressif

De temps à autre un petit coup de jeune qui bouscule le genre Prog, ça fait du bien. C’est ce que nous propose Proteus avec son premier opus, « Prometheia I Arrival ». Une formation basée à Nashville, Tennessee, 100% autoproduit, inspiré par un dieu marin de la mythologie grecque possédant le don de métamorphose. Le concept a été écrit par Brandon Adams le guitariste multi-instrumentiste du groupe. Il est accompagné par Mitchell Davis, guitariste et Valerie Adams, la chanteuse et flûtiste.

Pour ce qui est du style de musique que vous trouverez sur « Prometheia I Arrival », je dirais qu’il s’agit d’un mix audacieux alliant rock progressif éclectique et musique électronique assez énergique et hyper mélodique. C’est une musique difficile à décrire, étrangement insaisissables.

À des degrés divers, l’on rencontre des similitudes avec des groupes tels que, Porcupine Tree, et Innerspace, comme le démontre brillamment, « Disappearing Grace » dont la mélodie oscille entre douceur et violence contenue. Le rythme est légèrement augmenté pour « Here and Now » qui introduit, entre deux poussées progressives, des éléments à la frange de la techno, produisant un contraste revigorant passant de l’ombre à la lumière.

image

Encore une fois, après plusieurs écoute de l’album, je suis bluffé par la qualité et la force de certaines des mélodies, « Hereditary », « Atonement » et « Titan », bien rehaussées par le chant hautement addictif de Brandon et Valerie. Le rock progressif pur et dur n’est pas non plus en reste avec trois pièces de première bourre que sont : « Premonitions » et la mini suite « Feeding the Flame I-With Misplaced Trust », « Feeding the Flame II-Argos Burns » qui s’aventurent sur les terres fertiles du Néo-Prog. Pour clore l’album, « A Father and Son » contient suffisamment de thèmes puissants, passant de l’intro minimaliste, au final grandiose qui s’éteint sur une mélodie insidieuse, résumant de manière assez éloquente tout le savoir faire de Proteus dans le processus des compositions.

Bon, tout n’est pas parfait dans cette première production, seize titres, c’est beaucoup, tous n’atteignent pas le même niveau, et quelques coupes franches auraient été les bienvenues.

« Prometheia I Arrival » est une expérience plutôt intéressante, un mixage osé, avec une touche de modernité pour faire bonne mesure. Si vous voulez écouter du rock progressif qui sort des ornières, l’album est définitivement pour vous. J’ai hâte d’entendre ce que Proteus proposera par la suite !

Formation du groupe

Brandon Adams : guitare, chant - Valerie Adams : chant, claviers, flûte - Mitch Davis : chant, guitare - Austin Arnold : batterie

🌍 Visiter le site de Proteus →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Above

Par Big J

4.2 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *