Parallel Lives

Par

(3.7 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif Soft Rock

Mick Paul est bassiste, au cours d’une carrière remontant aux années 1970, Mick a joué avec de nombreux artistes établis et a fait de nombreuses tournées, ce n’est qu’en rejoignant le groupe David Cross en 1995 qu’il a trouvé ses marques en tant que compositeur. Ses influences sont diverses et variées allant de Yes, King Crimson, Frank Zappa à Chick Corea. Mick a également tourné en Europe avec le chanteur de Mr Big, Eric Martin et fait également partie du groupe récemment formé, ‘The Fae’. Il décide aujourd’hui de produire son premier album solo Parallel Lives.

Les quatorze titres de Parallel Lives ne relèvent pas seulement du rock progressif, car si bien sûr la musique de ce premier album s’ouvre à une musicalité progressive, par les arrangements et les parties instrumentales élaborées, Mick ne sacrifie jamais l’angle mélodique parfois même jazzy de ses compositions.

image

Pas de revue en détail des pistes, mais ci-dessous celles qui ont retenu toute mon attention. Chaque morceau bénéficie d’une architecture extrêmement soignée, ici ce qui frappe et ravit c’est le côté aérien de chacune des plages. Parallel Lives, démarre par les titres « Your Days » et « Light Of Silence » deux morceaux, tendance rock prog/soft, légers et atmosphériques où le chant velouté de Jinian Wilde s’épanouit. Bien écrits, et dans un format assez long de 5 et 6 minutes, les parties instrumentales ont une place prépondérante dans chaque composition ce qui rend ces pistes intelligemment captivantes et variées. Introduction acoustique pour « No Horizon » qui fusionne rock et jazz, le violon de David Cross s’incruste dans la mélodie et lui donne un côté affranchi et oppressant. L’éponyme Parallel Lives se développe sur plus de 5 minutes en une composition progressive, un calme musical insolent se met en place, chaque note et notamment celles du piano deviennent essentielles et pénètrent nos neurones, une des pistes les plus ambitieuses de l’album.

Avec des harmonies qui ravissent mes oreilles, « Beneath The Gate » plonge dans un soft rock superbement bien troussée. On rentre alors de plain pied dans l’esprit musical de Mick Paul, adepte du développement de douces notes et d’une rythmique ouatée. Avec « One Way Converstion », dans le style de Steely Dan, s’affiche la fusion prog/jazz la plus aboutie de l’album, la mélodie est entraînante avec solos de basse à foison et refrains imparables.

Puis « Swallows », et son rythme lancinant agrémenté de la participation de David Jackson aux flutes, coule doucement et nous ballade dans de vertes contrées, où la guitare basse se mêle aux claviers, pour donner à la mélodie une coloration prog/folklorique. Dennis Mahon donne de la voix sur l’efficace et percutant « Name On You », qui offre une belle tranche de néo-prog avec les lourdes interventions de la guitare électrique de Paul Clarck. Superbe entrée en matière pour l’instrumental « Morning Skyline », digne de Camel, belle composition de rock progressif, il clôture l’album de manière élégante et éclairée.

Si vous êtes à la recherche d’une musique très agréable, Parallel Lives vous conviendra parfaitement, il est varié, accessible, bénéficiant d’une technique parfaite, offrant même quelques moments de pures prouesses musicales. Rien que pour cela, l’album de Mick Paul mérite toute notre attention !

 

Formation du groupe

Mick Paul Basse, Guitare, chœurs - Avec: Sheila Maloney : Piano, Claviers, Ondes Martinet, Synthé vocal - Steve Roberts : Batterie - Craig Blundell : Batterie - Jinian Wilde : Chant - David Cross : Violon - David Jackson : Flûtes - Paul Clark : Guitare - Dennis Mahon : Chant - Geoff Winkworth : Guitare

🌍 Visiter le site de Mick Paul →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *