Mental Season

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Crossover Prog Rock Progressif

Les 4 musiciens d’Augsbourg/Allemagne sont ensemble sous forme de projet Cover rock depuis le début des années 2000. A partir de 2015, Il a fallu près de 3 ans pour que Mental Season trouve sa configuration actuelle. Ils ont commencé l’enregistrement de 6 titres en 2019 et ont ajouté 2 titres supplémentaires une fois en studio.

Dès les premiers instants de « How many times » nous plongeons en plein dans un progressif très mélodique des années 80/90, le premier groupe qui me vient à l’esprit pour vous donner une idée de leurs tendances musicales c’est ASIA. Sur une rythmique entraînante, les différents couplets de cette composition se succèdent et nous amènent au refrain qui s’imprimera sans aucune retenue dans votre cervelet. Même schéma musical pour « Fly away », mais là je pencherai plus vers du Alan Parson pour la comparaison. Une belle introduction montant tranquillement en puissance puis des enchaînements couplets/refrains et enfin les claviers qui distillent leurs notes par grappes. Premier titre dépassant les six minutes « Fantasy », Inspiré par Edgar Allen Poe, rompt musicalement avec ses deux entraînants prédécesseurs. La mélodie se fait plus douce, voir câline, quelques relents folkloriques parsèmes de-ci, de-là, les différents thèmes mélodiques qui se succèdent et le superbe solo de guitare vient clore la compo, rien à redire, je bois du petit-lait, c’est impeccable !

image

Introduction à la Floyd, claviers brumeux et guitares tranchants l’horizon, « Magnificent Display Pt.1 & Pt.2 » prend son envol pour plus de 13 minutes : ‘Le bruit de la mer, la chaleur apaisante sur votre corps et vous ressentez une gratitude infinie, que vous puissiez voir, en tant que simple créature, ce beau spectacle naturel du coucher de soleil coloré’. La musique nous berce par ses différents thèmes mélodiques tous plus sereins et paisibles les uns que les autres, jusqu’à ce qu’il ne reste presque plus rien en perspective. Une incursion dans le monde Amérindien avec « Man in the field », ce morceau aux couleurs ethniques, agrémenté de séquences purement instrumentales, se révèle être un mélange séduisant, conciliant avec réussite différents courants, folk, prog et prog-symphonique. Dans un autre genre, introduit par quelques sonorités électroniques, « Souls of the night » met en valeur le travail sur la recherche mélodique toujours bien présente dans les compos du groupe. Ce titre plutôt planant et extrêmement touchant distille une sublime délicatesse et procure un plaisir d’écoute immédiat. Point d’orgue et final du disque, les 13:49 du titre éponyme « Mental Season ». Il puise ses multiples racines dans les pièces les plus épiques du Rock progressif. Le groupe apporte à ce titre une personnalité qui lui est propre, en accordant une attention particulière aux atmosphères qui entourent les phases profondément mélodieuses qui tapissent la composition.

Ce premier album est une vraie réussite, le potentiel de Mental Season s’avère élevé, l’on sent bien que le quatuor n’est pas né de la dernière pluie. Les huit titres tiennent super bien le pavé et je ne saurais trop vous conseiller que d’acquérir cette superbe découverte !

Formation du groupe

Steve Pritschet: Chant, Claviers, guitares - Ewi Kaiser: Basse, claviers, chœurs - Earny Rehm: Guitares - Chris Ziegelmaier: Batterie

🌍 Visiter le site de Mental Season →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *