Game of Symphony

Par

(4.5 sur 5) / Lynx Music
Categories
Rock Electronique Rock Progressif

Après avoir écouté le 40de Krzysztof Lepiarczyk (Loonypark), je me suis penché sur « Game of Symphony » publié presque simultanément. Un album qui tire son inspiration dans l’histoire de l’informatique (son évolution matérielle) et des jeux vidéo.

Celui-ci démarre avec ‘Eniac‘ (Le premier calculateur numérique électronique programmable en 1945) qui s’engouffre dans une approche rock/opéra synthétique. Une intro sur une musique indéniablement optimiste et euphorique cède bientôt la place à un chant et des chœurs lyriques puissants. Un titre long (+14 minutes), aux thèmes multiples, qui continue de s’appuyer sur l’énergie créée dans les premières minutes, mais dérive sur un lent développement où la guitare électrique prend le pas vers un rock progressif aux consonances jazz-rock.

« CDC 6600 » (super-ordinateur de la société américaine Control Data Corporation, produit à partir de 1964) offre un visage musical totalement opposé à son prédécesseur, malgré la présence épisodique du chant lyrique de Gabrysia Świerczek-Kurowska, chanteuse soprano. Une piste plus musclée et dynamique, offrant une superbe ritournelle électro/synthétique.

Que de souvenirs pour les plus anciens d’entre nous, époque où les PC que nous connaissons maintenant étaient absents, le « Commodore 64 » (1982), et son langage Basic, occupait nos loisirs. Il en fallait du courage, en ce temps, pour taper des centaines de lignes de codes pour enfin voir se déplacer sur un écran cathodique quelques pixels colorés ! Bon, revenons à la composition de Krzysztof qui évoque cette machine, elle offre une musique qui évidement aurait pu être écrite dans les années 70/80, elle s’inscrit dans la lignée des maîtres du genre comme, entre autres, Peter Bauman (Ex tangerine Dream), Vangelis et pour citer des français Space Art. Le rythme du synthé aux sons rétro, vif et convulsif, nous entraine dans une cavalcade sonore effrénée, tempérée de temps à autre par un chant empreint de hauteur, des breaks au piano et les interventions d’une guitare heavy. Au final un bel éclectisme fait d’associations qui accaparent l’auditeur.

Toujours dans le domaine de l’informatique, l’on suit son évolution avec « Compaq Deskpro » (un des premiers PC Bureautique) qui s’ouvre sur une mélodie aux claviers vintage, nous rappelant les musiques des premiers jeux vidéo, bientôt rejointe par le chant et une batterie métronomique. La partie centrale mène à un thème tentaculaire qui domine le titre d’une manière magistrale avec une guitare qui joue magnifiquement et fait chavirer mes pixels.. Le dernier titre est la revisite de la bande son de « Diehard 2 », illustration d’un jeu culte qui sonne de manière exaltante, mais aussi étrangement nostalgique et vaguement mélancolique. Il s’émane aussi, une coloration jazzy servie par l’incursion d’une trompette élégante et sereine.

« Game of Symphony » confirme le talent de Krzysztof Lepiarczyk pour créer des ambiances fortes et fascinantes. Avec cet album, il franchit un joli cap artistique et devrait ravir les amateurs d’un rock électronique au processus créatif original et ambitieux !

Formation du groupe

Gabrysia Świerczek - Kurowska : Chant - Paweł Hebda : Guitares - Grzegorz Bauer : Batterie - Krzysztof Lepiarczyk (Loonypark) : Claviers & basse

🌍 Visiter le site de Krzysztof Lepiarczyk →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.