Human

Par

(4.5 sur 5) / Art of Music/Flat Earth Music
Categories
Atmosphérique Post Rock Progressif Alternatif Rock Progressif

La chanteuse et compositrice Isgaard publie son nouvel et huitième album Human. Produit et composé en partie par Jens Lueck (studio ‘Art of Music’) dont j’ai eu le plaisir de chroniquer le premier album sous le nom de Single Celled Organism à lequel Isgaard avait participé. (https://progcritique.com/2017/11/single-celled-organism-splinter-in-the-eye/).

Human a été conçu par Isgaard pour relever et mettre en exergue : « les turbulences dans lesquelles nous vivons, en particulier lorsque vous êtes conscient de la fragilité de l’homme et de notre planète » un thème malheureusement terriblement d’actualité. Probablement parce qu’il dispose d’un large éventail de compositions et de sons uniques, ainsi que du chant envoutant d’Isgaard, cet album a une belle présence et procure de très bonnes sensations, il y a des influences de Art-Rock et Progressive Rock (Kate Bush, Pink Floyd, etc.). Sur cet opus, un parfait équilibre est trouvé entre les compositions courtes facilement accessibles et celles qui font montre d’une recherche musicale proche du rock progressif, je fais allusion à la suite « Borders ».

L’album commence par « See the Leaves Falling », une chanson qui traite de la fugacité de l’instant présent, pas de signe d’agressivité, les rythmes sont lents, les accords planants et l’immersion dans l’univers d’Isgaard se fait en douceur. L’atmosphère se fait plus pesante pour « I Couldn’t Say Goodbye » dédié au guitariste Dieter Koch disparu fin 2018, une sensation de plénitude et de calme émane de ce titre, chaque note en plus de la voix suave terriblement expressive d’Isgaard semblent travaillées pour entraîner l’auditeur dans cette ambiance mélancolique. Ballade intimiste, « Black Swan » , est menée essentiellement par le piano, chanté avec beaucoup d’émotion et de douceur par une chanteuse peut-être plus inspirée que jamais.

Dans un genre légèrement différent, Human recèle une perle de rock progressif avec « Borders » qui frôle les 17 minutes et se décompose en 3 parties qui évoquent les différentes phases de l’expansion de l’humanité. Le résultat en est une première pièce (Awakening) calme et sereine à la tendance folk/prog qui respire la quiétude et la paix. Une deuxième plage (Fractioning), où Isgaard est rejointe au chant par Jens, qui bénéficie d’arrangements ultra sophistiqués où se conjuguent les longs développements typiques du prog, faits de nappes multiples de claviers et des interventions lumineuses à la guitare par Jan Petersen. Le troisième volet (In the Cage) alterne mélodies enlevées avec les plages éthérées qui ont souvent la part belle.

« Human » et un album qui sur le plan atmosphérique est très réussi, l’ensemble des dix titres, malgré la gravité des thèmes abordés, permet de prendre un sacré plaisir à l’écoute de ceux-ci !

Formation du groupe

Isgaard : chant --- Jens Lueck : batterie, percussions, programmation, guitares, chant --- Jan Petersen : guitares électriques --- Klaus Volland : guitares acoustiques --- Ekiss Giloc : basse --- Katja Flintsch : violon, alto --- Annika Stolze : violoncelle --- Volker Kuinke : flûte

🌍 Visiter le site de Isgaard →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Erebus

Par Returned To The Earth

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *