Things Unseen

Par

(4.6 sur 5) / Autoproduction
Categories
Crossover Prog Rock Progressif

Groupe anglais de Reading formé en 2015, I Am A Manic Whale, s’est choisi un nom bien étrange … Ça vaut bien notre Moving Gelatine Plates des années 70. Quand on y pense, Pink Floyd et Van der Graaf Generator se sont choisis des noms guère moins excentriques… Après une enquête approfondie, doublée d’une recherche bibliographique intense, que seul ProgCritique et ses moyens quasi-illimités a pu mener à bien, il apparaît que I am the manic whale est l’anagramme de Michael Whiteman, l’un des musiciens de cet excellent quatuor. Quant à la musique, nulle excentricité ou prise de tête, mais du rock progressif moderne bien huilé et de premier choix ! Les affaires fonctionnent plutôt bien car « Things Unseen » est le 3eme album.

« Billionaire », après quelques accords jazz au piano, lance les hostilités. Une jolie mélodie vocale accompagnée, et puis ça décolle d’abord dans un style néo-prog à la Pendragon, et se poursuit dans un déploiement harmonique qui me fait plutôt penser au son du 1er UK. Peu importe, un premier morceau excellent qui vous met dans les meilleurs dispositions avec ses superbes progressions harmoniques lumineuses !

Plus acérés, « The Deplorable World » et « Into The Blue » se réservent aussi de jolis solos de guitare et de piano, et même un peu de flûte pastorale et de guitare acoustique pour le deuxième.

« Celebrity » : 4 parties, 19 minutes chrono – la célébrité ne se décline pas en un clin d’œil ! « Part1: Identity Crisis  » retrouve le style du morceau d’intro. «Part 2 :  Cultural Vampire (Who Am I ?) » avec son rythme à 5 temps (3+2), ponctué de basson ( !) est proprement jubilatoire !

Présent dans de nombreuses musiques populaires, étrangement quasiment absent de la musique classique d’avant le 19eme siècle, ce rythme non décomposable en 2 partie égales, donne un balancement tout à fait particulier à la musique, comme dans le « Take 5 » de Dave Brubeck où le thème de Mission Impossible que le monde entier connaît. « Part 3 : Freak Show » avec son refrain me fait plus penser à Genesis et « Part 4 : Heart And Soul » développe un style vocal et musical tout à fait différent du reste et de belles ruptures de tempo. Décélération finale et on atterrit en douceur…

Le « Smile » de IATMW n’a pas le lyrisme de celui de Charlie Chaplin, mais reste un joli rock bien balancé et bourré de joie de vivre. Le sémillant « Built It Up Again » déroule ses vocaux à la ASIA et de superbes moments musicaux à la guitare – parfois assez heavy, accords répétés à l’orgue, basse jazzy. « Halcyon Day » est une jolie ballade acoustique et pastorale , avec quelques passages orchestraux mêlant bois et cordes. Pas d’audaces harmoniques, ni rythmique ici, mais un très bel hymne dans le style Barclay James Harvest.

Évocation ferroviaire oblige, « Valenta Scream » nous propulse à 100 à l’heure sur les rails anglais. Les passionnés de mécanique pourront se renseigner plus avant sur les vertus et la puissance respectable des moteurs de traction Paxam Valenta dont il est question ici. Les autres se contenterons d’apprécier cette enthousiasmante musique. Allez, nous arrivons en gare et terminus, tout le monde descend !

Pas de doute (je le soupçonnais déjà avec les albums précédents), I Am The Manic Whale a tout d’un Grand du progressif et le démontre avec cet excellent « Things Unseen ». Quelle maîtrise des instruments et des styles musicaux, quelle inventivité et quel enthousiasme. Leur style et certaines sonorités me rappellent d’ailleurs un groupe américain dont le nom n’est pas moins humoristique que le leur, « Spock’s Beard » … Bref, voilà ni plus, ni moins, un must have.

Formation du groupe

Ben Hartley: Batterie, percussion, chant - John Murphy: claviers, chant - David Addis: guitare acoustique et électrique, chant - Michael Whiteman: basse, guitare acoustique et électrique, chant ----- Flûte sur Into The Blue et Halcyon Day: Ella Lloyd - Basson et contre-basson sur Celebrity: Iona Garvie - basse sur Valenta Scream and others: Rob Aubrey - Cordes (sur Billionaire, Halcyon Day et Valenta Scream) - Violons: Coral Powell, Martin Carrick, Michael Bullock - Alto: Mairi Warren - Violoncelle : Matthew Talks -

🌍 Visiter le site de I Am The Manic Whale →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *