Inheritance

Par

(4.5 sur 5) / Mach(i)ne Recordings
Categories
Rock Progressif

Le néo-zélandais Paul McLaney, après une série d’albums électroniques comme The Impending Adorations, à remis en ordre de marche son groupe GRAMSCI, avec des titres composés depuis la sortie de leur dernière production, Like Stray Voltage en 2005. Pour cet ‘Inheritance’ Il a été rejoint par Greg Haver (Manic Street Preachers, Catatonia, Bullet for my Valentine) et Jol Mulholland (Gasoline Cowboy, Goldenhorse, The Checks, Racing) à la batterie et aux percussions. C’est une image d’un tableau de l’artiste britannique Herbert James Draper intitulé The Lament for Icarus qui illustre la pochette de l’album. Les dix titres de la galette développent une thématique puissante ancrée dans la mythologie grecque.

Le titre éponyme « Inheritance », un instrumental, ouvre les débats et donne le ton à l’album, le groupe utilise pleinement son amour des accords délicats et évanescents où l’on voit le groupe recourir à un genre musical proche du Pink Floyd, avec un solo de guitare assez similaire au style de David Gilmour. Les points forts de cet album sont des morceaux comme « Achilles’ Heel » et « Hitting My Stride » qui réussissent, vraiment, à mixer une puissance équilibrée et contenue avec de superbes mélodies. Des titres comportant des éléments de rock progressif plus traditionnels, des refrains puissants et de belles harmonies vocales.

image

GRAMSCI pondère son album en positionnant judicieusement des plages instrumentales : Le magnifique « Icarus », une ode à la guitare électrique façon Camel, un pur joyau ! Et « The Golden Bough » qui montre une autre facette du groupe, beaucoup plus électronique. Les titres qui, à mon avis, se démarquent sont, l’un par son aspect pop/prog, « Like A Scar » et l’autre « Atlas », ce dernier morceau possédant les connotations prog-rock les plus fortes de l’album.

Inheritance est de ces albums que l’on peut écouter sans trouver de défaut majeur dans aucune des compositions. Une musique intemporelle qui a déjà été exploitée au maximum dans les années 70/80, cependant, même si cela n’est pas essentiellement nouveau, Gramsci pratique un rock intelligent qui arrive à se démarquer en montrant une certaine originalité musicale.

Formation du groupe

Paul McLaney : Chant, Guitares, Synthés, Programmation, Guitare - Batterie Jol Mulholland / Greg Haver

🌍 Visiter le site de GRAMSCI →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

La Tierra

Par Bernard and Pörsti (The Samurai Of Prog)

4.7 sur 5

Giants

Par Days Between Stations

4.3 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *