Shelter

Par

(3.5 sur 5) / Apollon Records
Categories
Rock Progressif

Le groupe norvégien Laughing Stock est de retour avec son sixième album, ‘Shelter’. Le concept de ‘Shelter’ évoque une organisation qui vous promet une vie nouvelle en symbiose parfaite avec la nature. La promesse d’un refuge qui vous aidera à oublier qui vous étiez autrefois et les rouages ​​de la vie qui vous écrasaient lentement. Shelter’s Master vous accueillera dans une société basée sur le bonheur, l’amour et la paix. Cela ne semble-t-il pas incroyable ?

L’album raconte un voyage vers Shelter – loin des ténèbres et vers la lumière. Pour réaliser le projet, Laughing Stock a demandé au légendaire artiste James Marsh (Talk Talk) de créer l’illustration de la couverture, ainsi que le logo de l’organisation Shelter. Vous retrouverez Tim Bowness (No-man, solo) au chant sur l’épopée « The Flood ». Vous trouverez également les contributions du guitariste Anders Buaas, du flûtiste Morten Clason (The Windmill) et du trompettiste Terje Johannesen. Le groupe est toujours composé de Håvard Enge, Jan Erik Kirkevold Nilsen et Jan Mikael Sørensen.

image

Si vous vous attendez à ce que le prog de Laughing Stock vous fasse taper du pied ou vous trémousser sur votre canapé, je vais vous décevoir. Le rythme de ‘Shelter’ est calme, une même ambiance détendue inonde l’ensemble des neuf compositions. L’on peut même dire qu’une certaine monotonie, propice à vous précipiter dans les bras de Morphée, vient insidieusement se glisser çà et là dans les pistes de l’album. Heureusement, il y a « Roots go deep » qui vous fera sortir de cette douce torpeur, avec sa mélodie plus enlevée, frisant le hard, son chant légèrement agressif et son jeu de guitare acéré.

Shelter’ réserve tout de même une partie non négligeable de morceaux qui atteignent des sommets d’émotions et de beauté musicale avec une musique spatiale, flottante et un chant bien souvent aérien. L’ouverture « A New Home » est l’un de mes morceaux préférés de l’album, la mélodie est consistante, l’atmosphère rêveuse, planante et le chant colle parfaitement au climat. La piste titre « Shelter », au début sombre et angoissant, s’épanouit dans une mélodie dégageant un calme mélancolique et émouvant. Le très floydien et intimiste « Sticks and stones » s’enroule autour d’une mélopée ouatée avec une guitare aérienne et une atmosphère d’aubade bucolique. Et bien sûr les évanescents et rêveurs « The Flood » et « Memories » (en bonus sur CD uniquement) avec la participation de Tim Bowness au chant.

Vous l’aurez compris à la lecture de cette chronique, ‘Shelter’ affiche un bilan en demi-teinte, où le très bon côtoie le dispensable. Néanmoins, si vous aimez un soft/prog aérien et léger, je suis certain que vous y trouverez au fil de son écoute quelques pépites.

Formation du groupe

Jan Mikael Sørensen : chant, guitares, basse, batterie, claviers - Håvard Enge : chant, claviers, flûte, banjo, arrangements de cordes - Jan Erik Kirkevold Nilsen : chant, guitares - Avec : - Tim Bowness : chant (8,9) - Terje Johannesen : trompette (9)

🌍 Visiter le site de Laughing Stock →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *