Clair Obscur

Par

(4 sur 5)
Categories
Rock Progressif

Clair Obscur est le projet solo de Gabriel Keller, un artiste guitariste-compositeur de la région lyonnaise. Après trois ans de préparation, Gabriel produit un album de 10 titres en collaboration avec des artistes qu’il apprécie. Il n’y a pas moins de 4 chanteuses et 3 guitaristes dans l’album. On y trouve également des cuivres et un quatuor à cordes.

Musicalement, il s’agit, en majorité, d’une musique qui se nourrit au rock progressif de même qu’au métal, avec des influences venant de groupes tels que Porcupine Tree, Opeth ou Karnivool. Dans l’ensemble les compositions restent pour la plupart d’entre elles accessibles, déclinant des ambiances variées et un arc mélodique extrêmement large, allant de la pop au rock symphonique.

L’instrumental « Tumulte » introduit l’album avec des sonorités sombres, puis la mélodie se déroule empruntant un style cinématographique jusqu’aux interventions, sur une couche de chœurs évanescents, de la guitare lumineuse de Charlie Henry, un avant-goût prometteur pour la suite. « Time » lui emboite le pas, véritable pièce éclectique où se mélange habilement une mélodie aux accents pop avec, en partie médiane, des cordes et la voix claire et apaisante d’Emi B, qui souligne à la perfection le caractère mélodique de cette composition. Un pur régal ! La ballade « Train To Resolution » avec à nouveau Emi B au chant parvient, malgré la simplicité de sa structure, à créer de belles émotions. On ne change pas une équipe qui gagne avec toujours le chant sensuel d’Emi B qui nous emporte dans une atmosphère ouatée pour un « Open Arms » illuminé par la beauté et la pureté des sons de la guitare floydienne d’Anthony Barbier.

Changement d’ambiance avec « Melancholia » et le chant en français de Charlotte Gagnor, sur une mélodie douce et chaloupée qui frise de près la chanson de variété, ça s’écoute agréablement, mais j’avoue que ce n’est pas ma tasse de thé et bien un cran en dessous des quatre précédents titres. Beaucoup plus jouissif cette « Sonate Au Clair Obscur », qui met en scène le piano de Clément Barou, nous plonge dans un rock symphonique aux accents métalliques vous jetant dans les oreilles une belle agitation et des rebondissements impressionnants qui scotchent l’auditeur à ses enceintes. Complexité et contrastes se percutent sur « Nothing Human », le chant de Maïté Merlin accentuant cette sensation, la mélodie est lourde et pesante, du métal pur et dur, avis aux amateurs !

image

L’influence de Porcupine tree pointe son nez dans l’excellent « Out Of My Life », la mélodie sied à merveille à la voix de Maïté Merlin, pleine d’émotions et affichant de belles harmonies, la batterie de Lucas Biguet-Mermet est également bien en avant, puissante et impressionnante tandis que les guitares en embuscade jaillissent sournoisement. Incursions classiques et métal progressif emmènent l’auditeur sur des chemins escarpés avec un « Honey » où Marine Poirier au chant et Marius Marin aux guitares subliment une interaction musicale équilibrée, agressive et subtile, créant une toile musicale addictive issue de cette alliance improbable et complexe. Après ces trois titres chauds bouillants l’instrumental « Accalmie » fait refroidir la braise, la mélodie interprétée principalement à la guitare acoustique met un point final léger et aérien à l’opus.

Globalement, « Clair Obscur » offre des compositions de premier ordre, contrastées et mélodiques pour un ensemble riche, d’une variété captivante, qui fonctionne plus que bien. Gabriel Keller réunit pour son premier essai toutes les composantes d’un bon album !

Formation du groupe

Gabriel Keller : Guitars, Percussions, Bass, Backing Vocals - Lucas Biguet-Mermet : Drums (1, 6, 7, 8, 9) - Simon Rebuffat : Drums (2, 3, 4, 5) - Charlie Henry : Guitars - Clément Berthie : Guitars - Anthony Barbier : Guitar solo (4) - Marius Marin : Guitars (9) - Lucie Lacour : Cello, Backing Vocals - Emi B : Vocals, Backing Vocals - Anne-Marguerite Solt : Backing Vocals - Charlotte Gagnor : Vocals, Backing Vocals - Marine Poirier : Vocals, Backing Vocals - Maïté Merlin : Vocals - Julien Mailland : Bass - Clément Barou : Piano - Jean Charles Montibert : Strings arrangements - Quatuor MajusculeS : Strings Jérôme Aubernon : Solo Violin (6) - Sos Section : Brass Section (8) - Pierre Lagache : Brass arrangements (8)

🌍 Visiter le site de Gabriel Keller →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

C4

Par CEN-ProjekT

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.