Telepathic Waves

Par

(4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Pop/Rock Rock Electronique Synth pop

Difficile de franchir le pas et de passer de la critique à la création musicale Thomas Szirmay (critique de musique progressive) vient de le faire en produisant un album ‘Telepathic Waves’ sous le nom d’Enigmatic Sound Machines. Thomas (synthés, chant) en collaboration avec Jeremie Arrobas (synthés, chant) nous proposent treize titres dans un genre qui s’éloigne considérablement du rock progressif. Un ‘Telepathic Waves’ à la prépondérance instrumentale basée sur un ambient-électro nostalgique qui descend en droite lignée de groupes tels que OMD, The Neon Judgement, The Human league, et dans une moindre mesure nous y trouvons quelques points communs avec Tangerine Dream, voire Kraftwerk.

L’ouverture de l’album « 1 by 1 » confirme cette filiation vers un techno-pop abordé naguère par Tangerine Dream, dans l’album ‘CYCLONE’ (1978) (seul album du groupe en partie chanté), cette composition à la fois syncopée et planante aligne les phases synthétiques, se jouant de sonorités et de rythmes hypnotiques, tout en se posant délicatement sur une mélodie des plus aériennes. Enigmatic Sound Machines signe là une excellente composition, synthétisant parfaitement l’héritage de ses ainés. « All I have to say », pour sa part, est un (talentueux) condensé alternant les phases d’obscurité et de lumière dans la pure tradition musicale développée par les groupes de musique électronique dans les années 80.

Sur une rythmique plus affirmée, « Dead can dance » nous propulse sur une piste de danse avec son pouls électronique hypnotique et un chant scandé par Jeremie de manière robotique. Fortement influencé par la musique de Kraftwerk de la fin des années 70, l’éponyme « Enigmatic Sound Machines » affiche des thèmes musicaux s’insinuant entre épisodes industriels et méditatifs avec la même ligne sonique aboutissant à des climats cinématographiques.

image

Plus léger « Free at last » est une ballade qui doit sa puissance à son refrain mystérieux et éloquent, porté là encore par la voix sombre de Jeremie. Pures friandises pop, « I dont know your name » trace son sillage dans les pas d’OMD et « I will be your fire », sur une mélodie aux accords fragiles, affiche un romantisme exacerbé par les chœurs célestes et la voix émouvante de Jeremie. Le monde est parfois un tissu de mensonges « It’s Not What You Told Me » évoque la colère qu’il engendre sur des pulsations rythmiques et des effets sonores retranscrivant à merveille cet état de fait. « Little Submarine » est plus lent et sombre, soucieux des perceptions de la réalité, le thème imprégné de lyrisme nous plonge au cœur d’une spirale sans fin. Une mélodie simple presque simpliste pour « Sometimes » qui se déroule à la manière d’une lamentation, la voix profonde, chargée d’émotion, presque parlée de Jeremie chevauche un paysage sonore dépouillé et léger, le refrain profondément touchant lie admirablement l’ensemble du morceau.

« You stand alone » libère énormément d’émotion avec son rythme cadencé et nous plonge dans un voyage hypnotique nous immergeant dans une ambiance feutrée auréolée de superbes arrangements. Retour aux influences ‘Kraftwerkienne’ avec « Blindfolded » où nous avons même un passage de Thomas parlé en allemand, le côté répétitif de la musique s’accentue, tout en conservant son côté accessible de par sa mélodie accrocheuse.

Dernière piste, « Strange desire », encore une composition au refrain particulièrement efficace, entêtant et envoûtant, malgré une mélodie relativement édulcorée, synthés et percussions lui donnent une dynamique toute particulière.

Évoquer les temps forts de ‘Telepathic Waves’ n’est pas facile car la plupart des morceaux sont d’un niveau comparable. Le duo Thomas et Jeremie exprime, de la meilleure façon possible, à quel point le monde synthétique et technologique de leur musique a de la consistance, de la couleur et loin d’être désincarné procure de la chaleur.

Formation du groupe

Thomas Szirmay : synthés, chant - Jeremie Arrobas : synthés, chœurs

🌍 Visiter le site de Enigmatic Sound Machines →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Commentaires

  1. Un immense merci pour la critique positive de notre album d’ouverture! Nous en sommes ravis! Juste une petite correction: Jeremie chante sur toutes les pieces , Thomas fait la narration allemande sur Blindfolded. Un second album arrivera a la mi-mai 2024 . A bientot Thomas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *