Emerson, Lake & Powell

Par

(4.5 sur 5) / Polydor - Manticore
Categories
Rock Progressif

En 1986, ELP est-il toujours ELP, exit Carl Palmer (en 1981), qui rejoint le groupe Asia, le P du groupe sera donc celui de Cozy Powell, co-fondateur du groupe Rainbow. Une belle aubaine commerciale, mais pas que, Cozy apportant sur cet album toute sa technicité liée à son approche plus brut et percutante des compositions.

Peu de changement au niveau des compositions, Greg Lake et Keith Emerson assurant à eux deux, comme à l’accoutumée, l’ensemble de celles-ci. Seul ‘The Score’ bénéficie de la participation de Cozy à son écriture. Dès la première écoute de l’album, la continuité avec ce que fut ELP avec Palmer semble être de mise.

Le message semble être donné assez clairement dès le début avec « The Score », basé, comme précédemment dans leur production, sur l’omniprésence des claviers. Une inspiration classique qui est essentiellement la marque du groupe, la mélodie s’équilibre habilement sur la coexistence de plusieurs styles et ambiances, où Prog et rock symphonique font bon ménage. Une superbe entrée en matière ! Et ça se poursuit avec, « Learning To Fly » où la faconde mélodique du groupe fait des merveilles et où le chant de Greg est particulièrement mis en valeur. L’intéressant « The Miracle » verse lui dans un environnement plus aérien, le morceau évolue dans un milieu typiquement symphonique avec les interventions de Keith aux claviers, tantôt jazzy, tantôt classisantes.   

image

Format court (3:39min) pour un pur rock, sur l’arrangement d’un morceau de musique traditionnelle, « Touch And Go » fonce; direct et percutant. Des nappes de synthés ouvre « Love Blind » et le domine jusqu’à la fin, la composition alterne solos et parties vocales qui sont la colonne vertébrale de la mélodie. Une création très sensible et émotionnelle qui envoûte l’auditeur, « Step Aside » affiche un côté jazzy des plus agréables, une touche qui a un je ne sais quoi de léger et frivole. La ballade dont est si friand Greg, « Lay Down Your Guns » arbore un son soyeux qui porte magnifiquement le chant, mais son côté sirupeux risque de rebuter quelque peu. Qui dit ELP, dit reprises et revisites de morceaux classiques, et bien nous y voilà : « Mars, The Bringer Of War », (Gustav Holst) de la partie atmosphérique du départ en allant vers la fin et la révision anachronique du thème d’ouverture, est l’un des moments les plus fort de l’album.

Bon, ce n’est l’ELP des grands monuments que sont, ‘Tarkus’ ou ‘Trilogy’, mais tout de même il y a du bon et même du très bon dans cet Emerson, Lake & Powell. Il redore le blason d’une discographie, Works Volume I et II et d’un Love Beach, devenue ‘fadasse’ et commerciale !

Love Blind
image

Les trois membres du groupe sont décédés à ce jour : Cozy Powell (1998), Keith Emerson & Greg Lake la même année (2016).

Formation du groupe

Keith Emerson : claviers - Greg Lake : basse, guitare électrique et acoustique, chant - Cozy Powell : batterie, percussions

🌍 Visiter le site de Emerson Lake & Powell →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *