The Lost Album

Par

(4 sur 5) / E&C RE&CORDS
Categories
Crossover Prog Rock Progressif

Vous pouvez vous demander, à juste titre, après l’écoute de « The Lost Album » pourquoi cet album, d’un groupe de rock progressif français, est resté au fin fond des oubliettes depuis si longtemps ? Elephant & Castle fondé par Édouard Poujaud (guitare) et Patrice Steinberger (chant) à la fin des années 1980, a publié un album studio, ‘The Green One’ en 1991 et enregistré l’équivalent de deux albums (studio et live), au milieu des années 1990, restés dans les tiroirs après la séparation du groupe. Désireux de faire revivre E&C, Edouard et Patrice ont fouillé dans leurs archives, et ont retrouvé plus d’une dizaine de titres (dont des morceaux enregistrés live en 1995) qui méritaient de refaire surface et de les publiés aujourd’hui sous le nom évocateur de ‘The Lost Album’.

Difficile de réfréner mes appréhensions devant la musique des groupes de rock progressif français, qui, il faut tout de même l’avouer, ne brillent pas spécialement par leur créativité dans le domaine, n’est pas Angelazuli qui veut, mais ce que je peux déjà vous dire concernant Elephant & Castle c’est que c’est bon, et même très bon. Il évite déjà l’écueil de la langue, puisqu’il a pris le parti de s’exprimer en anglais pour ses textes, il affiche aussi des influences qui vont de Genesis, Led Zeppelin, U2 à Queen, une belle affiche qui n’est pas pour me déplaire.

Dès mon casque mis, je prends de plein fouet dans les oreilles « Near Love Experience » un titre qui déborde d’énergie et envoie un prog hyper bien construit entrainant et mélodique. Le chant de Stein est tour à tour intimiste ou virulent en diable, vraiment une bonne surprise, le guitariste Edouard Poujaud n’est pas en reste non plus, il nous délivre quelques brûlots incendiaires soutenus par une section rythmique (Avedis: Batterie et Don Marquès: Basse) ténue et vive. Ça repart de plus belle avec « We’re Riding Horses To Heaven » où l’on retrouve de-ci de-là quelques accents à la Queen. Pas de baisse de régime, le chant feutré et enfantin de Jane Henley ouvre « Banana Skin » un titre qui mêle adroitement styles alternatif, pop, et bien sûr prog.

image

Sur un rythme presque désinvolte déboule « Play It Cool » qui vous submerge de breaks ingénieux, de soli percutants et toujours le chant impétueux de Stein vous prenant aux tripes. Le mélancolique « Perfect By » rempli de subtils rebondissements plonge de plain-pied dans une ambiance à la U2. Beaucoup plus carré, « Wysiwyg » qui à l’instar d’une araignée tisse une toile de superbes fils mélodiques et électriques. Parce qu’il va au fond des choses et laisse s’épanouir la créativité mélodique du groupe, « Dry By » reflète la symbiose parfaite entre la musique et le chant, il me rappelle par certains côtés les années 70 et le T.REX de Marc Bolan.

L’éponyme mid-tempo « Elephant & Castle (My No-Generation) » est nostalgique mais pas passéiste, si l’énergie n’est pas débordante, l’émotion est en revanche bien présente. Une certaine sérénité pop traverse « Awaiting Jesus II » boostée par des racines progressives et un chant angélique traversé au détour d’un refrain par les tensions sous-jacentes de la guitare électrique. Dernier titre studio « 21st Century’s Love Storie » où Jane Henley fait de nouveau son apparition au chant, sur une composition plus proche du genre de la comédie musicale que du prog, elle arrive tout de même à tirer son épingle du jeu dans son final grâce à un excellent solo de guitare.

Très peu de poussière dans ces dix titres enregistrés entre 1992 et 1995. « The Lost Album » a traversé les décades sans prendre une ride, on ne trouvera rien de révolutionnaire dans sa musique mais un héritage en ligne directe d’un rock progressif joué avec talent et dégageant une forte personnalité. N’hésitez pas, tout comme moi, à vous laisser envoûter par cet album perdu !

Trois titres ‘Bonus live bootleg’ sont présents sur le CD. 11. The Kind Voice – 12. Wysiwyg – 13. Days Of Pearly Spencer

Near Love Experience
image

Formation du groupe

Stein: Chant, Synthétiseur - Edouard Poujaud: Guitare, Guitare Synthétiseur - Avedis: Batterie, Percussions - Don Marquès: Basse - Invitée au chant sur '21st Century’s Love Stories' et 'Banana Skin': Jane Henley

🌍 Visiter le site de Elephant & Castle →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.