Wither Down

Par

(4.6 sur 5)
Categories
Rock Progressif

Aujourd’hui nous faisons un petit tour du côté du Canada, plus précisément à Hamilton dans l’Ontario, à la découverte du Sentier Monarque qui, pour ce qui nous concerne, a donné son nom au groupe éponyme que j’écoute avec bonheur depuis quelques années déjà. A la base Monarch Trail est le projet du compositeur / claviériste Ken Baird, auquel se sont joints le bassiste Dino Verginella et le batteur Chris Lamont. Le trio, augmenté de musiciens invités, notamment les guitaristes Kelly Kereliuk et Steve Cochrane, évolue dans un style prog symphonique / néo prog de belle qualité.

« Wither Down » est le troisième album d’une discographie débutée en 2014. On démarre par la piste éponyme et un agréable mouvement de piano qui égrène sur 8 temps un motif cristallin. Plus loin, accompagnée au piano la voix particulière de Ken Baird fait son apparition. Entrée en matière ample avant l’accélération du milieu de piste que lancent piano et basse.

image

Plus concises les deux pistes suivantes, « Echo » – plutôt affirmé et conquérant sur une basse très mobile, et « Canyon Song » – plus aérien, sont tous deux dans un style néo prog très mélodique.

« Waves Of Sound » nous ramène aux grandes heures du Mellotron, tandis que quelques mots en français nous rappellent que notre chère langue est aussi une des deux langues officielles du Canada. On se laisse volontiers emporter par ces ondes sonores amples et rêveuses. Le sommet de l’album est atteint avec la pénultième et longue piste, « Megalopolitana » qui se lance d’abord dans un long développement instrumental où domine un piano très jazz / jazz-rock. Un peu avant 9’ démarre un passage très poétique aux synthés et piano dans la grande tradition banksienne. Magique ! Une minute plus tard, passage à la guitare acoustique de Steve Cochrane qui prolonge la rêverie, avant une fin qui mélange habilement grands accords lents aux claviers et rythmique rapide et syncopée.

Conclusion instrumentale, « All Kinds Of Future » se lance dans une intro plus néo-classique / néo-romantique avec son piano virtuose et une large mélodie au cor d‘harmonie. Cela m’a pris quelques jours avant de retrouver où j’avais déjà entendu un thème assez similaire au cor … Et puis Tchaïkovski m’est venu à l’esprit. Après ça été facile : la célèbre Valse des Fleurs de Casse-Noisette. Grandiose ! La musique passe ensuite en registre néo prog triomphal, notamment avec le solo tranchant de guitare de Kelly Kereliuk, avant une toute fin sur le piano solo rappelant les motifs du début de piste. On termine dans la lumière ! (Qui ne nous a guère quitté tout au long de l’album).

IQ, Tony Banks, voilà quelques références faciles à retrouver dans l’art de Monarch Trail. Les grandes fresques sonores aux claviers de Ken Baird, dont on ressent le background classique, sont excellemment complétées par une rythmique très vivante dans laquelle Dino Verginella et Chris Lamont s’émancipent constamment vers des atmosphères plus rythmées et plus syncopées. « Wither Down » est une musique des grands espaces qui vous porte au loin … A mari usque ad mare, n’est-elle pas la devise du Canada ?

Formation du groupe

Chris Lamont : Batterie - Dino Verginella : Basse, guitare, claviers - Ken Baird : Piano, Claviers, chant, guitare, autres instruments - avec : Kelly Kereliuk : Lead et guitare rythmique - Steve Cochrane : Guitare acoustique

🌍 Visiter le site de Monarch Trail →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *