Disconnection Complete

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Métal Progressif Rock Progressif

Confusion Field est un groupe originaire d’Äänekoski, en Finlande, formé en 2017 par le musicien et compositeur Tomi Kankainen. Le premier album « Disconnection Complete » est sorti début avril 2021. Avec « Disconnection Complete », le groupe propose une approche conceptuelle pour une collection de pistes individuelles, un mélange unique de prog-métal symphonique à la fois explosif et mélodieux. Le thème de l’album traite des problèmes psychologiques, reflétant les luttes et les décisions d’un individu dans un monde moderne.

Les plus de sept minutes de « Sky Is Never The Same » donnent d’entrée une bonne idée de la musique que nous a élaboré Confusion Field. Un prog qui se plait dans un groove musclé bordé de riffs saillants, sans en oublier un sens parfait de la mélodie qui rentre dans la tête et ne veut plus en ressortir. Joli démarrage ! A partir de là, il sera difficile de garder le niveau, bon voyons la suite. Un côté électro domine « Close Call », avec des salves de synthétiseurs qui bouclent affichant de vastes mesures dynamiques. Chacune des lignes mélodiques du titre sont employées pour garder l’auditeur accro au chant grave de Tomi Kankainen. Une ambiance lourde qui me rappelle le Eloy des années 80.

image

Une toute autre atmosphère se met en place pour « Nothing Holds The Storm », avec un démarrage plutôt laborieux, suivit d’une guitare incisive et furieuse, des claviers aériens et un chant mélodramatique. Beaucoup moins jouissif que les deux précédents morceaux, mais ça passe quand même. Le suivant « Become Invisible » semble plus proche du métal traditionnel à mes oreilles, bien qu’il affiche des passages calmes qui sous-tendent des accélérations métal fulgurantes. Le refrain est sympa et la mélodie comprend de superbes moments. « Distort Reality » revient dans les clous du titre d’ouverture, bien qu’il soit sensiblement plus brumeux dans son atmosphère. C’est le chant qui se démarque avec des contrastes appuyant la mélodie sur un refrain énergique. J’ai trouvé « Anxiety Reflected » aussi immédiat et captivant que son prédécesseur, varié et accrocheur, l’ambiance est lourde et angoissante (normal me direz-vous) les nappes de claviers sont pétillantes et les échanges entre instruments sont riches et fluides.  

Bien que sympathiques, « See Through Walls » manquent vraiment d’originalité, une impression de déjà entendu se dégage de ce rock/métal à l’atmosphère édulcorée. Une baisse de régime temporaire, bien reprise en main par « Zen Garden Moment » qui continue dans la même veine que les meilleurs titres de l’album. Mélodie toute en retenue, ajoutant un peu de sel dans le mix, avec une ligne de basse pulsante accompagnée par un son de guitare qui pose des bases psychédéliques pour faire bonne mesure. Avec une superbe intro, « Connecting The Dots » et non seulement un excellent titre, mais c’est aussi, en quelque sorte, un mini-épique par sa durée. Porté par un Rythme mécanique mid-tempo, hypnotique et lancinant, un refrain qui s’imprime dans le cerveau, et son génial solo de guitare.

Le bilan de ce « Disconnection Complete » est plus que positif, Tomi Kankainen, qui n’est pas né de la dernière pluie a mis les petits plats dans les grands. Il a su nous concocter un album riche et puissant qui condense un métal-progressif inspiré !

Formation du groupe

Tomi Kankainen: paroles et musique, chant, basse, claviers, guitares rythmiques, programmation - Petri Honkonen: batterie - Markus Jämsen: guitares

🌍 Visiter le site de Confusion Field →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *