Original Worlds

Par

(4.5 sur 5) / Gepetto Music
Categories
Rock Progressif

Lors de mes recherches habituelles de nouveautés musicales, je m’arrête sur un nom et un logo qui me rappellent quelque chose… Un petit détour par ma discothèque et bingo, il y a 21 ans je découvrais l’album « Escape To Horizon » et son prog dont je me suis souvenu qu’il était purement instrumental et plutôt orienté claviers. Deux décennies c’est le temps qu’il a fallu à Laurent Simonnet pour relancer la machine Chance. Si le précédent album faisait appel à plusieurs guitaristes (dont Roine Stolt et Jean Luc Payssan), Laurent Simonnet fait ici cavalier seul. Dès les premières minutes d’écoute mes souvenirs reviennent : un son ample tirant parfois vers la musique dite électronique ou spatiale, des idées musicales qui s’enchainent avec des thèmes qu’on s’approprie quasi instantanément.

Quelques recherches supplémentaires sans succès me font vite comprendre que je n’en apprendrai pas beaucoup plus sur Laurent Simonnet et ses projets ou activités et il faudra se contenter d’écouter l’album ! Ce dernier consiste en 4 longues suites musicales, elles même découpées en sous parties.

« Welcome », après une sorte de coup de gong électronique puis des claviers lointains, lance un mid-tempo calme et implacable mais tout en douceur. La musique prend de l’ampleur avec des harmonies à la IQ. Comme je le disais plus haut, les idées musicales s’enchainent les unes aux autres faisant vivre claviers et guitares, on passe du mode mineur au mode majeur et inversement. Un peu de guitare acoustique à peine soutenue par les synthés (10’) et gentiment mélancolique, lance la dernière partie en un crescendo très progressif qui va culminer avant l’extinction finale. Superbe piste introductive !

Passons à « Proxima b ». D’un point de vue astronomique Proxima b est une exoplanète qui gravite autour de Proxima Centauri (plus précisément a-Centauri C), une naine rouge qui se trouve être l’étoile la plus proche du Soleil, et qui fait partie d’un système stellaire triple. Il se dit par ailleurs que Proxima b pourrait être assez semblable à la Terre. Un peu compliqué tout cela … les GPS se plantent régulièrement ! Le mieux c’est d’y aller en musique. On commence ici aussi avec des sons électro et des synthés qui prennent petit à petit le large et culminent aux alentours de 5’30 avec un passage plutôt grandiose. On passe ensuite en mode plus contemplatif. Vers 9’ un passage au piano se révèle assez poétique. A 13’ ce sont les sonorités amples et solennelles de l’orgue d’église qui prennent le relai. Une piste solaire … ou plutôt a-Centaurienne !

On passe à « The Tightrope Walker », ses 21’ et 4 parties. La première partie, « Big Brother » me ramène à 2 chroniques récentes traitant du sujet (*) … A l’écoute ce Big Brother dont finalement je n’ai aucune idée à quoi il se réfère, se révèle plutôt calme et mélodieux, aux antipodes de celui de la fable orwelienne. C’est l’occasion d’entendre moins de claviers et plus de guitares et ça sera un peu le cas tout le long du développement musical.

La dernière suite, « Colours Of My Life », un peu plus courte que les précédentes est peut-être une évocation par le musicien de son propre parcours. La première partie « Twenty Years Ago » fait elle référence à la première période créatrice de Chance ? Quoiqu’il en soit la musique redevient assez grandiose sinon héroïque, porté par une rythmique bien marquée. La dernière partie « Soleil Couchant » se veut plus intimiste : un peu de mélancolie et beaucoup de sérénité, et au bout du compte un sentiment d’accomplissement.

Avec cet « Original Worlds » Laurent Simonnet s’est parfaitement approprié les codes des longs développements musicaux, qu’il sait rendre très fluides par l’emploi de mélodies et d’harmonies à tendance néo-prog (IQ, Pendagron, …) dans un trame générale planante ou cosmique, qui abolit le sens du temps. Pour qui aime la musique instrumentale « hors cadre » et qui n’a pas peur de laisser vagabonder son imagination au gré des atmosphères qui se succèdent, voilà un album d’une grande richesse, qui vous gardera les pieds sur terre mais qui vous propulsera la tête loin dans l’espace !

Au passage n’oubliez pas ce célèbre euphémisme : 100% des gagnants ont tenté leur …

(*) Et autant d’excellents albums (https://progcritique.com/trkproject-books-that-end-in-tears/, https://progcritique.com/karmamoi-room-101/ )

Formation du groupe

Laurent Simonnet / Tous les instruments

🌍 Visiter le site de Chance →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Commentaires

  1. Bonjour,

    Et encore mille merci pour cette critique, totalement objective, puisque faite sans le moindre press-book, ni information sur l’historique de cet album, née de 20 ans de tours, détours et retours sur sons et arrangements.
    Je me dois donc d’apporter des précisions qui permettrons aux futur auditeurs de se « projeter » peut-être plus facilement autour de ces lignes mélodiques:
    « Original Worlds » est composé de 4 pièces musicales, chacune avec des parties enchainées :
    1-« Welcome » est comme une présentation de mon univers musical actuel : une sorte de confrontation entre l’univers de l’informatique et ma propre sensibilité dans la musique.
    2- « Proxima b » évoque un voyage intergalactique vers le système solaire le plus proche de notre petite Terre : Proxima du centaure, autour duquel tourne, entre autre, 2 planètes, dont une, Proxima b, pourrait bien avoir des conditions de vie compatible avec l’espèce humaine. C’est donc l’évocation d’une éventuelle future grande aventure humaine, un « space » opéra.
    3-« The Tightrope Walker (le funambule) est une évocation de la vie de mon grand frère, jusqu’à son décès en 2002, à l’âge de 38 ans. Sa vie n’été qu’une succession de hauts et de bas, avec l’exploration de plaisirs illicites : toujours sur le fil du rasoir, en équilibre.
    Les premiers accord sont nées suite à son décès, et tout lui ressemble dans ce morceau, jusqu’à trouver son équilibre dans la lumière d’une autre vie.
    4-« Colours of my life » est comme un épilogue à toutes ces années passées depuis mon 2ème album. C’est un peu le résumé de ces 25 dernières année. Je le vois comme ça !
    Voila pour une petite explication de « texte ».
    Et je vous renvoi volontiers vers ma chaine YouTube où toutes les nouvelles informations serons désormais distillées au fil du temps:
    https://www.youtube.com/channel/UCF3wF74IBBVHCQ7Z3k_KlHg

    Laurent Simonnet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *