Flower Torania

Par

(4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Jazz-Rock Métal Progressif Rock Progressif

Un album, quel qu’il soit ne se fait pas en quelques jours, sachez-le. Fort de ce principe voici un projet qui est en route depuis 2017 initié par Jimmy Pallagrosi et ses acolytes. Nous allons vous parler du concept album répondant au nom de Flower Torania, basé sur une quête dans un univers orienté jeu vidéo, un peu comme Jumanji ou un Ready Player One. Un ensemble de chansons délicatement mis en œuvre par Zio (oncle en Italien) en lien direct avec le nouveau statut de Jimmy.

« Ride Along » commence l’histoire d’une manière posée, plantant une introduction douce, quelque peu mélancolique avec cette voix suave qui vous transporte avec bienveillance. La transition vers « X-Ray » est immédiate dans une introduction qui fait feu de tout bois avant de se poser sur une voix et des chœurs superbes. Des allers-retours entre couplets et refrains sont succulent mais le méchant Nato casse l’ambiance pour partir sur un Trip Métal progressif avant de revenir sur les bases de départ. Le titre qui vous fais chavirer et qui donne la pleine mesure de ce que l’album à dans le ventre. Tout simplement superbe. Sans tarder « Wings Inside » propose un jeu plus dépouillé mais c’est de courte durée avec en prime un double solo. D’abord une batterie sur fond d’electro puis le clavier, le titre glisse tout seul.

« Gold & Power » joue à fond les sons synthés aux couleurs années 80 avec des légères touches disco de la même période pour un résultat pop, dans le sens noble du terme, et nous amène dans la transition vers « Straight up from underneath » un pur morceau Prog avec une belle suite d’accords, qui me rappelle le style Toto, ponctuée par une guitare limpide, entrecoupée par un genre proche des comédies de Broadway. Une composition de 7 minutes d’une incroyable qualité reprenant tous les canons possibles du Progressif pour le plus grand bonheur de nos tympans aguerris. « Jupiter » démarre sur un concerto sonnerie / voix off coupé net par une guitare / basse / batterie du genre Métal lourd. Le tempo est up, et suivant les passages, ça joue à la double sans sourciller.

Si je devais faire une référence à ce titre l’on pourrait dire que cela s’approche de la musique d’Ayreon…Mais au diable les références c’est du Zio est c’est diaboliquement beau et que dire de l’enchantement des voix qui viennent se greffer dessus. Pour le titre suivant une intro dépouillée guitare Electro-acoustique appuyée par les accords piano rejoint par les voix, « Erwin’s Opera » offre une belle entrée en matière. Une guitare magnifiquement lyrique se joint au débat, tout comme la basse Fretless pour un pur délire Jazz rock de haut vol. Encore un titre flirtant avec plein de nuances musicales différentes et tout s’imbrique comme les pièces d’un « Lego ».

Nous débarquons  sur «Inner city : Shorroma », le dernier royaume de cet univers onirique, un rock prog bien heavy et un pont bien feutré avec une instrumentation qui prend le recul pour bien aérer le titre et repartir dans de jolies envolées instrumentales. Encore un chouette morceau de bravoure. Voici le petit moment de tendresse avec « Ma petite histoire »…Et oui JP tu as su transmettre ton nouveau rôle de  Tonton avec une émotion touchante. « Interstellar List » est un de mes coups de cœur. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien mais ce mélange de pop-rock qui s’entrecroise avec un Disco funky largement saupoudré d’un rock progressif est entêtant. C’est typiquement le genre de morceau que l’on a en tête toute la journée pour notre plus grand plaisir. Nous terminons l’aventure avec « Flower Torania » reprenant le thème musical de « Ride Along » le premier titre de l’album mettant en avant l’accordéon de l’oncle et  un magnifique quatuor de voix qui nous balance…des étoiles plein les yeux. Merci Zio pour ce moment de délivrance offert dans un moment de câlin extatique.

Sincèrement il est impossible de donner une impression pour chaque musicien présents sur cette galette. Mais si vous jetez un coup d’œil sur la formation, vous allez vous rendre compte que JP n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. C’est du lourd techniquement et d’un très haut niveau, et pour ça, je vous laisse vous plonger dans chacune des pistes de l’album pour vous en rendre compte. Indéniablement, après de longues écoutes, ce qui saute aux oreilles, c’est une cohésion de groupe qui apporte à chaque composition le super plus, plus, plus. Zio nous offre avec Flower Torania un projet ambitieux, ils ont réussi leurs coups les bougres. Une gourmandise à consommer sans vergogne. Je croise les doigts pour avoir une suite à cette histoire car nous en réclamons une !

Formation du groupe

Hayley Griffiths (Torania), That Joe Payne (Alan), Heather Findlay (Belbi), Franck Carducci (Nato) : Chant - Jimmy Pallagrosi, Batterie - Olivier Castan, Claviers, Piano - Lizie Hayes (2,3,5,8,10), - Alex Lofocco (6,7): Basse - Marc Fascia, Richard Henshall (7) : Guitare, Guitare Lead - Cagri Tozluoglu (6,8,11) : Orchestration - Alfonso Alfano (11) : Accordéon -

🌍 Visiter le site de ZIO →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Up

Par Ally The Fiddle

4.25 sur 5

Crossover

Par David Cross &. Peter Banks

3.7 sur 5

Zopp

Par Zopp

4.7 sur 5

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *