Cathedral

Par

(5 sur 5) / Roth Händle Recordings
Categories
Rock Progressif

Tom Doncourt & Mattias Olssons, publient pour notre plus grand plaisir “Cathedral”. Mattias, que l’on ne présente plus, est un musicien prolixe, ancien d’Änglagård, et ayant à son actif plusieurs albums solo et en collaboration – Molesome/Be My Baby Tonight Molesome/ DialIn These Murky Waters.

Tom Doncourt, quant à lui, a co-fondé « Cathedral » (groupe américain) en 1975, il est décédé le 20 mars 2019, L’album est un effort conjoint avec Mattias, un travail important sur les claviers pour une musique qui, il faut le dire, n’est pas facile et ne s’apprivoise vraiment qu’après plusieurs écoutes.

Des pistes aux multiples facettes, elles sont huit, avec deux longs morceaux de plus de dix minutes (#1 & Poppies in a field), le résultat est particulièrement variée et se disperse dans de nombreux styles et sous genres. De toute évidence, Mattias Olsson a sorti un album magnifiquement émotionnel et profondément personnel.

La production est bonne, et la quantité d’instruments, notamment au niveau des claviers, est impressionnante. Ce n’est jamais une vitrine instrumentale, mais un ensemble pleinement au service de la composition. L’album s’ouvre sur une courte intro aux multiples chœurs « Intro (Poppy Seeds) », suivit de « Poppy Seeds » qui arbore des rythmes syncopés et des claviers lourds et sombres. Le troisième titres « Chamber » se prévaut d’un démarrage à la guitare acoustique, et se révèle être dans son ensemble plus délicat, déployant une texture flottante puis se terminant sur une mélodie plus vive et répétitive.

image

Première des deux pièces dépassant les dix minutes, « #1 » explore une grande variété de styles musicaux et de tempos, difficiles à décrire. Une composition riche en développements où la musique emploie un degré de subtilité élevée, l’atmosphère est grave, donnant un son global dramatique, qui, parfois, sonne avec une légère, mais agréable, dissonance. Une saveur printanière, au piano aérien, ensoleille « Tower Mews », tandis que « Today » s’avère plus électronique et présente des voix échantillonnées.

La pièce magistrale de l’opus s’avère être « Poppies in a field », et je ne sais pourquoi elle me rappelle par certains aspects Peter Hammil. Seul titre chanté de “Cathedral”, il chemine sur une mélodie fluide et progresse gentiment d’ambiances sereines à celles un peu plus décalées, dans un style caractéristique et langoureux propre à Mattias. Subtil et puissant il expose un versant plus accessible du duo. Pour terminer l’opus, « The Last Bridge Organ », où comme son nom l’indique l’orgue domine, offre une mélodie qui se dilue au fil des minutes, pour enfin s’évanouir lentement.

Cathedral” ne plaira pas à tout le monde, mais je peux vous dire, que pour ma part, il m’a vraiment séduit. C’est une œuvre gratifiante, avec des compositions qui combinent avec ingéniosité, complexité et accessibilité. Il explore un univers fascinant où il fait bon se laisser dériver aux rythmes de paysages sonores captivants.

Formation du groupe

Tom Doncourt : Mellotron 400, Chamberlin M1, Moog 15 Modular, Hammond Organ, Grand Piano, Yamaha CS-30, Ondéa, Bird Organ, Wurlitzer Electric piano, Clavioline, Hammond Solovox - Mattias Olsson - Batterie, Tuned, Untuned & Detuned Percussion, Guitares électriques et baryton, piano électrique Wurlitzer, platines, Speak & Read, Vako Orchestron, Optigan, Gizmotron, Chamberlin Rhythmmate - ~ Avec: Hampus Nordgren-Hemlin : Basse électrique, guitares électriques et acoustiques supplémentaires, Fender VI, Jenco & Schiedmayer Celestes, Vako Orchestron, Hohner Bass 2, Hohner Guitaret, Omnichord - Jerry Jones : Sitar électrique - Akaba - Chant - Stina Hellberg Agback : Harpe (piste 7) - Hanna Ekström : Violon & Alto (piste 7) - Anna Dager : Violoncelle (piste 7)

🌍 Visiter le site de Tom Doncourt & Mattias Olssons →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

No Air

Par Perfect Storm

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *