It Leads To This

Par

(4.6 sur 5) / Kscope
Categories
Rock Progressif

Disque très attendu de ce début d’année 2024, voici The Pineapple Thief de retour avec ‘It Leads To This’. Alors “cela mène à quoi”? C’est la question que chacun est en droit de se poser à la vue du titre de l’album. Même si trois années ont été nécessaires à la conception de ce disque, on ne peut pas dire que les membres du groupe aient vraiment chômés pendant cette période : par exemple, Bruce Soord (chanteur, guitariste) a sorti son album solo ‘Luminescence l’an passé, et Gavin Harrison (batterie) fût un peu occupé avec un autre de ses groupe : Porcupine Tree. Nous sommes d’ailleurs en droit de nous demander si ce dernier, depuis son arrivée derrière les fûts, n’est pas en quelque sorte devenu la star du groupe, tant son type de jeu et sa maîtrise de l’instrument semblent mettre tout le monde d’accord. A l’écoute de ‘It Leads To This’, il subjugue à nouveau, non pas parce qu’il prend toute la lumière, mais bien au contraire par sa façon très intelligente de se mettre au service des compositions et de l’interprétation du groupe. C’est donc en véritable ensemble, où chacun prend part à l’édification de l’œuvre, que l’on retrouve The Pineapple Thief pour un album “ramassé” constitué de 8 titres, d’une durée d’à peine plus de 40 minutes, et où la précision ne fait pas (encore une fois) défaut.

L’album démarre en douceur avec “Put It Right”, titre mélancolique basé sur un accompagnement au piano mis en valeur par un superbe groove de batterie. Le titre n’hésite pas à laisser de l’espace, prend son temps, respire, et ce sera un peu le cas des autres morceaux tout au long de l’album. Et bien entendu la production est 5 étoiles, chaque instrument, chaque intervention trouve parfaitement sa place dans un mix limpide.

Le son se durcit légèrement avec “Rubicon” où les guitares sont de sortie. Et ce sont à nouveau les changements rythmiques imprimés par la batterie qui insufflent une belle dynamique au morceau.

image

Une super ligne de basse supporte le titre “It Leads To This” sur toute sa durée, y compris pendant l’excellent refrain. C’est un des titres les plus intéressants de l’album qui arrive à conjuguer une certaine exigence en termes de mise en place et une mélodie accrocheuse.

Autre single, “The Frost” semble être plus direct, plus Rock…jusqu’à l’écoute des couplets où la rythmique impaire est une dinguerie, avant un refrain qui agrippe immédiatement l’oreille.

Retour de cette mélancolie drapée d’instrumentation de grande qualité, si caractéristique du groupe, sur “All That’s Left”. Puis un plan à priori simple à la guitare acoustique lance un passage plus furieux plutôt inattendu. C’est une des forces de Pineapple Thief : réussir à varier les ambiances à l’intérieur d’un même titre en jouant avec le volume, les sons, les silences.

Ces accords plaqués au piano et cette rythmique de batterie sur “Now It’s Yours” rappellent le Bowie de “Five Years”. Un des morceaux les plus chargé en émotion du disque aux arrangements sublimes.

Au risque de me répéter, quel groove de batterie à nouveau sur “Every Trace Of Us”! Celui-ci est également marqué par une intéressante harmonie sur le refrain, le doublement des voix, une basse particulièrement agressive, un pont/solo de guitare et claviers.

Un bel arpège de guitare acoustique ouvre le dernier titre “To Forget”, où la voix de Bruce Soord voyage haut dans les aigus pour mieux appuyer une belle émotion, et où le combo arrangements / mixage / interprétation atteint à nouveau des sommets.

Il est possible de reprocher à ‘It Leads To This’ un manque de prise de risque, d’ambition orchestrale ou de vrillage complet. Pas de long “épic” ici, pas plus que de solos à rallonge ou de rage peu contenue. Non, Pineapple Thief conserve une grâce classieuse en apportant un soin à ses compositions que peu d’artistes sont capables d’atteindre. Le groupe maîtrise son élément forgeant un mélange de complexité (rythmique notamment) et de pureté mélodique assez admirable. Une force faussement tranquille en quelque sorte.

Formation du groupe

Bruce Soord : Voix, Guitares - Gavin Harrison : Batterie - Jon Sykes : Basse - Steve Kitch : Claviers

🌍 Visiter le site de The Pineapple Thief →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *