Luminescence

Par

(4.4 sur 5) / Kscope
Categories
Folk Rock Rock Progressif

Bruce Soord, chanteur-guitariste du groupe The Pineapple Thief, sort son troisième album solo : ‘Luminescence’. La luminescence est une émission de lumière dite «froide» résultant d’interactions entre particules électriquement chargées. De couleur bleue et intense, elle s’oppose à l’incandescence qui est dite lumière «chaude». Cette notion est transposables aux chansons du disque empreintes d’une certaine mélancolie froide, mais aussi porteuses d’un espoir lumineux. L’album est en effet essentiellement acoustique et questionne sur les sujets du temps qui passe, ou la difficulté de trouver sa place dans le monde actuel.

Pour débuter, quelques notes de guitare arpégées sur un accordage non standard ouvrent “Dear Life”. La voix de Bruce Soord et quelques cordes donnent coeur à ce magnifique titre qui évoque les conseils donnés par un ancien au seuil de la mort à ses enfants. “Don’t wish it away, don’t wish that it will all be over, in the sweetest blink of an eye” (Ne souhaite pas que cela disparaisse, ne souhaite pas que tout se termine dans le plus doux des clignements d’œil). Le ton est donné.

Une ambiance plus électro habille “Lie Flat” où rythmiques numériques et guitares acoustiques se mélangent à merveille. Les chansons ont été en partie composées en tournée, inspirées par les endroits visités, et l’on peut entendre tout au long du disque différents sons urbains, témoignages de ces escapades. “Olomouc” est sublimé par les magnifiques arrangements de cordes signés Andrew Skeet, membre de The Divine Comedy.

image

Il est parfois compliqué de faire simple, comme sur “So Simple”, 2 minutes à peine, une guitare acoustique et un texte fort qui donnent à ce titre une belle charge émotionnelle. “Never Ending Light” nous embarque dans un rêve baigné de mélancolie accompagné par une instrumentation plus riche que sur les titres précédents : “Inside my dreams, you’re holding on to me” (Dans mes rêves, tu t’accroches à moi).

Bruce Soord n’a pas peur de jouer avec les silences comme sur “Day of All Days”. Titre évoquant la solitude et qui s’achève sur un crescendo de cordes étourdissant. Une sirène inquiétante sert d’introduction à “Nestle In”, où un accompagnement électro avance sur un tapis de cordes, le tout servi par une production de très haute qualité. On retrouve le même schéma sur le très folk et très personnel “Instant Flash of Light”.

Les 3 titres suivants constituent une suite avec un motif de guitare servant de liant. Celle-ci débute avec l’instrumental “Rushing” qui apporte un vent de nouveauté avec son style dance/lounge, puis fait place à “Stranded Here” et “Read to Me” qui retrouvent les marqueurs du reste du disque.

Le dernier titre “Find Peace”, en totale cohérence avec le reste de l’opus, apporte une lueur d’espoir et constitue une parfaite conclusion sur un ultime coup d’archet.

Ce voyage acoustique dans l’intimité de Bruce Soord renvoie à d’illustres prédécesseurs ayant déjà œuvré dans cet exercice parmi lesquels : Nick Drake, Elliott Smith, David Gray ou encore le Beck acoustique de ‘Sea Change’ ou ‘Morning Phase’.

Avec ses symphonies de poche de plus ou moins 3 minutes, riches de nombreux détails malgré l’impression d’homogénéité qui peut se dégager au premier abord, ‘Luminescence’ est un cocon qui gagne en confort à chaque nouvelle écoute.

Formation du groupe

Bruce Soord : Guitare, chant, basse, batterie

🌍 Visiter le site de Bruce Soord →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *