The Pseudo-Scientific Study Of The Oceanic Neo-Cryptid Zoolog

Par

(4.7 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Nouvelle découverte provenant des US, mais cette fois du côté de Minneapolis. Après un premier album paru en 2019 sans autre titre que le nom du groupe –«  The Light In The Ocean », voici donc arrivé sur mes enceintes le petit dernier répondant à l’intriguant nom de « The Pseudo-Scientific Study Of The Oceanic Neo-Cryptid Zoology ». Tout cela révèle sans doute une certaine fascination pour l’océan de nos deux musiciens Jared Emery et Jacob Ewert, probablement aussi beaucoup d’humour, sinon d’intérêt pour les titres particulièrement abscons façon intitulé de thèse scientifique !

Voilà pour le titre. Quant à la superbe pochette de l’album, il s’agit d’une peinture à l’huile commandée pour la circonstance via le site fiverr.com qui permet de donner du travail à des artistes indépendants.

Se définissant eux-mêmes comme « Reprenant là où Tom’s Hank(*) s’est arrêté, The Light In The Ocean apporte son mélange spécial de mélodies atmosphériques, d’humeurs changeantes et réfléchies pour ceux qui recherchent du réconfort »(traduction approximative), le duo propose une musique particulièrement riche mélodiquement et harmoniquement, parsemée de beaux passages vocaux, et parfois de quelques envolées assez metal, sans parler des nombreuses incursions jazz / jazz-rock. Bref, tout ce que j’aime !

On démarre par un « 33-55-77 », assez concis et qui concentre sur un peu moins de 4 mn tout ce que j’ai dit plus haut. Cette recette gagnante est encore amplifiée dans l’excellent « Beat Thief », avec son motif répétitif de piano et sa basse virevoltante. Le style mélodique et les ruptures de tempo sont parfaits à l’oreille et cela me rappelle un peu quelques passages de Pat Metheny / Lyle Mays.

Plus mélancolique, « Coffee Stains », est aussi plus simpleharmoniquement et débouche sur le très smooth jazz « HM&MLPHBWA » et son petit côté Steely Dan. Ah oui, vous vous demandez non sans raisons ce que peut bien vouloir signifier ce titre en forme d’acronyme ? C’est bien normal, et la réponse se trouve d’ailleurs dans les paroles de la chanson : He Man & My Little Pony Have Become Worthy Adversaries. Voilà, c’est beaucoup plus clair comme ça.

« Biehn’s Theme” est un court instrumental, assez puissant, qui se contente de répéter à la guitare son unique thème. « Memories Intact » est un petit joyau avec son balancement caractéristique à 5 temps. Du grand art !

Musique aérienne et onirique pour l’astronaute sentimental (« Sentimental Astronaut ») qui répète une douzaine de fois son incantation. La musique culmine dans la dernière piste, « Hamilton Big Boys », véritable sommet de l’album, qui démarre sur un duo vocal à la Gentle Giant, superbement accompagné au piano puis au violon, encore assez discret à ce stade. S’en suit un passage très jazzy qui vient calmer les choses sur quelques mesures, avant la reprise du rythme initial, bondissant à souhait. La suite se déroule sur un mid-tempo qui laisse le violon s’émanciper sur un assez long solo, la musique s’amplifie puis décroit lentement vers un final apaisé.

Verdict : Excellent album ! La progression par rapport au premier disque du duo du Minnesota (que j’ai découvert dans la foulée et que je recommande également) est palpable : plus de concision et d’élan, mélodies superbement travaillées (le premier album était essentiellement instrumental), un vrai sens harmonique et rythmique, le tout agrémenté d’une très belle production. Bref ces deux-là maitrisent leur sujet musical et instrumental et font preuve d’un bel éclectisme et d’une inspiration de tous les instants. Si la musique adopte parfois quelques sonorités plus mélancoliques, l’ensemble est parfaitement lumineux et optimiste. Je « range » précieusement cet album au côté de mes coups de cœur américains de cette année 2020 (Galia Social et Once & Future Band).

Well done JE&JE! Hope your Light will continue to spread on us!

(*) Groupe précédent auquel participaient Jared et Jacob

Formation du groupe

Toutes les musiques sont interprétées, écrites et enregistrées par Jared Emery et Jacob Ewert

🌍 Visiter le site de The Light In The Ocean →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Valor

Par The Opium Cartel

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *