The Trouble With England (Part 1)

Par

(4.4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Après une carrière musicale de 20ans, Neasden Nev sort de sa « retraite » au milieu des bois anglais avec une sorte d’OVNI musical : « The Flowers Of London » et un album « The Trouble With England  (Part 1) ». Comme le dit lui-même Neasden Nev, il s’agit d’un album né d’un rêve furieux (et carrément dystopique) ! Mais si fureur il y a, elle reste contenue dans un bel univers musical, étrange certes, mais qui sait se parer de belles mélodies, d’harmonies subtiles et surtout d’une excentricité et d’un humour très british, comme a très bien su le faire par exemple dans le passé un certain Steve Hackett.

Admirons au passage l’étonnante pochette de l’album qui nous fait découvrir le personnage du premier titre, « One-Eyed Man », pour un immense clin d’œil à David Bowie et une superbe entrée en matière. « Torquemada & The Familiars », l’un des 2 morceaux les plus développés de l’album (près de 7’) alterne passages acoustiques et riffs rageurs, jusqu’à un passage chanté gentiment pop-rock, à la Beatles. Etrange mosaïque musicale ! Non moins étrange, le court « Crazy Day » déroule son ostinato de basse de piano (tonique, dominante, octave, etc…), avec une rythmique sonnant banjo. Ballades pop-rock pour « On The Run » et mélancolique pour « Roundabout » et sa belle sonorité d’orgue.

image

« Did You Really Have To Do It? », l’autre piste développée de l’album, est un instrumental psychédélique qui n’aurait pas déparé dans « Ummagumma » et autres productions floydiennes de l’époque ! Que dire du sautillant et délirant « When We Were Young » ? Tout est annoncé dans le titre ! Autre instrumental, « Varying Degrees Of Solid » se ménage en son milieu un très beau passage de guitare acoustique façon Genesis, avant de repartir dans des sonorités plus âpres. Au cas où vous n’auriez pas trouvé la musique suffisamment excentrique jusque-là, « In Days Yet To Come » devrait enfoncer le clou ! Une improbable chanson à boire (je n’ai pas trouvé d’autre qualificatif) qui vient clore ce Trouble avec lAngleterre

Mais finalement, si on se réfère aux goûts musicaux de Neasden Nev, à savoir The Beatles, The Damned, The Stranglers, Madness, Bowie, Genesis, Pink Floyd, Deep Purple, etc. et …. Slade (*) – on n’est pas non plus surpris de ce qu’on entend dans l’album. Il y un côté punk rock dans cette musique – quand on connait l’état d’esprit clairement anti prog qui a prévalu au lacement de ce mouvement il y a déjà un bon bout de temps -, la musique proposée par les Flowers Of London, prend toute sa saveur ! On attend maintenant les Part 2 & 3 !

(*) Un nom que je croyais être le seul à encore prononcer…. Ecoutez plutôt « Cum On Feel The Noise » et le superbe « How Does It Feel ».

Formation du groupe

Neasden Nev : Chant, Claviers, Guitares, Basse, Batterie, Percussions, Programmation - Rog Patterson : Guitare électrique 12 cordes et guitare acoustique (8) - Leigh Scratch Fenlon : Violon électrique (2)

🌍 Visiter le site de The Flowers Of London →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Islands

Par The Flower Kings

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *