Crossing Over

Par

(4.5 sur 5) / Autoptoduction
Categories
Rock Progressif

The Barstool Philosophers est un groupe de rock progressif fondé en 1997 à Almelo, aux Pays Bas, qui après avoir publié leur premier album « Sparrows » en 2009, a subit la défection de leur chanteur, Leon Brouwer en 2011. A la fin de cette même année, le deuxième album était entièrement enregistré, sauf le chant… Toutefois, cette nouvelle donne a été bénéfique, puisque le groupe a décidé de faire appel à de nouveaux chanteurs et notamment Peter van Asselt .

Dès les premières notes de guitares et nappes de synthés pour lancer « Freeway » , je suis subjugué par la voix de Peter van Asselt, incroyablement forte, rauque et douce à la fois, collant comme un gant au titre lui donnant un air bluesy-progressif loin d’être désagréable.

Tout en finesse et légèreté « Fine Lines/My End Of The Island » , chanté par Paul Adrian Villarreal, tel un morceau de Steely Dan à la sauce swing progressive, vous fera chalouper.

Bien que « Crossing Over » ne soit pas un album extrêmement original dans le monde du rock progressif, il dégage néanmoins une beauté sombre qui me fait penser à Génésis période Foxtrot. Dès que les premiers accords de piano interviennent sur « Tedious » interprété par Michel Legrand et surtout sur « The Space In Between » où l’on découvre le chant de Erik Masselink un véritable conteur, à la manière d’un P.Gabriel, qui dépeint les histoires et vient vous emporter. Je savais que j’étais à l’écoute d’un album de qualité.

Cet album bénéficie de titres aux ambiances plus electro-funk-prog appuyé par la voix féminine de Marleen ten Hove mais aussi de gospel-bluesy comme sur « On My Way To You » où une fois de plus Peter oeuvre en puissance et en retenue, accompagné on l’imagine par un piano bastringue accolé au bar de la taverne. Parfois écrasant et romantique « The Scent » et son introduction sifflée à la sauce « il était un fois dans l’ouest » , une longue complainte plutôt intimiste, profitant de l’interprétation de Maikel Hergers. Atmosphérique et progressif avec « Crossing Over » un résultat intéressant sur une musique intelligible et agréable proche de Marillion et enfin « Till We Meet Again » batterie en avant, guitares et progression d’accords fluides  et toujours ces sons qui tourbillonnent et font partager leurs émotions.

Honnêtement avec pas moins de six chanteurs et chanteuses impliqués dans « Crossing Over » , le projet musical aurait pu trébucher et semer le trouble quant à l’homogénéité de celui-ci, mais les qualités de haut vol des compositions aboutissent à tenir cet album debout en maintenant l’auditeur en éveil.

Cet album est musicalement séduisant,  pour conclure simplement, si vous êtes un fan de bonne musique cet album est pour vous !

* Un digipack original où chaque morceau représente un arrêt, une station, une gare, sur une ligne (métro, train).

Formation du groupe

- Jan Martin Kuipers / drums -- - Ivo Poelman / guitars -- - René Kroon / keyboards -- - Bas Hoebink / bass -- - Peter van Asselt / vocals ------ With: - Michel Legrand (Cirrha Niva) / vocals - - Erik Masselink (ex-Symmetry, Gate 6) / vocals - - Paul Adrian Villarreal (Sun Caged) / vocals - - Maikel Hergers (ex-Mystrez) / vocals - - Marleen ten Hove / vocals

🌍 Visiter le site de The Barstool Philosophers →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *