Go

Par

(3 sur 5) / Island Records
Categories
Rock Electronique Rock Progressif

Tout le monde n’apprécie pas la musique de Stomu Yamashta, bien souvent difficile à appréhender et pour la plupart du temps expérimentale et positionnée en dehors des contraintes rigides du rock traditionnel. Mais avec Go sorti en 1976, que je possède en vinyle, le propos et différent. Stomu s’est entouré de musiciens de renom comme Steve Winwood (chant et claviers), Al Di Meola (guitare), Klaus Schulze (synthétiseurs) et Michael Shrieve (batterie). 

Cinq artistes pour un projet ambitieux qui place provisoirement Stomu Yamashta dans une orbite proche du rock progressif. Chaque face du Vinyle original est une suite complète divisée en plusieurs volets, abordant chacun une facette de genres musicaux distincts. Et effectivement la face A de l’opus avec ses sept déclinaisons fait toucher du doigt au musicien le genre prog, principalement grâce à un Steve Windwood, sur le retour et en pleine recherche d’un positionnement, qui tire admirablement bien son épingle du jeu. Cette première plage longue de plus de 21 minutes délivre un rock soft et mélodieux notamment dans les plages comme celle de « Solitude » en introduction suivi du magnifique « Nature » où le chant de Steve se déploie, félin et câlin pour un frisson garanti. Un intermède plus synthétisé et planant « Air Over » vient faire le lien entre les morceaux chantés puis débarque un « Crossing The Line » digne du meilleur d’Alan Parson’s Project, les solos d’Al Di Meola venant illuminer l’ensemble de belle manière. Plus funk « Man Of Leo »  vient remuer notre carcasse en pleine rêverie suivit de « Stellar » un jazz rock dans le style de Return to ForEver et pour terminer on trouve « Space Theme » lieu des interventions synthétiques planantes de Klaus Schulze. Ça passe et coule tout seul, la première face s’avale d’un trait, une belle réussite !

Pour la face B, je serais moins dithyrambique que pour la première, une belle intro reprenant le thème de Crossing The Line  sur « Space Requiem » , pour le reste cela sent le remplissage, le manque d’inspiration et les travers de Stomu Yamashta qui se fait plaisir avec des pièces qui frisent l’inaudible. Seul « Winner/Loser » chanté par Steve m’interpelle sur le final de la face.

Si l’on considère l’ensemble de Go, la déception est de mise, du si beau monde réuni pour ne pondre que 50% de vraiment écoutable, c’est cher payé. Mais pour ceux qui ne connaissent pas, jetez une oreille sur la face A de la galette avec ce « Go Part 1 » qui frise tout de même l’excellence !

Formation du groupe

Stomu Yamashta : synthétiseurs, tympani, percussions, piano - Steve Winwood : piano, chant, orgue, guitare, string synthétiseur Michael Shrieve : batterie - Klaus Schulze - synthétiseurs

🌍 Visiter le site de Stomu Yamashta →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *