Fountains of light

Par

(4.5 sur 5) / Epic Records
Categories
Rock Progressif

Pour tous les fans de Yes (dont je fais parti), et à n’en pas douter, Starcastle ne serait qu’un ersatz de celui-ci. A la première écoute de leur « Fountains of light », que j’ai acheté dés sa sortie en 1977, fort m’a été de le reconnaître. Effectivement leur son et leur style rappellent largement le groupe britannique. Une comparaison qui se justifie pleinement tant leur musique est empreinte d’atmosphères Yessiennes et le chant de Terry Luttrell évoquant étroitement celui de Jon Anderson.

Ce n’est pas le premier titre de l’opus « Fountains » qui démentira l’évidente filiation, mais c’est fichtrement bien fait. Il a de la classe ce morceau avec une section rythmique du tonnerre, des harmonies vocales tirées au cordeau et de superbes arrangements, de quoi combler tout bon amateur de progressif. Ça continue de plus belle avec « Dawning Of The Day » introduit par les couches de synthé de Herb Schildt et la basse souple mais magistrale de Gary Strater, le tout baignant dans une ambiance AOR/Prog brillante et expansive. Sur « Silver Winds » les claviers empruntent des colorations que ne renieraient pas Rick Wakeman et « True to the Light » poursuit le rythme sans relâche, ici Starcastle développe le mieux son savoir-faire mélodique. Une piste qui ne connaît pas un temps mort et enchaîne comme à l’habitude les chœurs magistraux, qui prennent une place prépondérante, avec le majestueux tricotage de la guitare électrique de Matthew Stewart.

image

L’ouverture guitare acoustique de « Portraits » calme un tant soit peu le rythme pour cette pièce dont le chant de Terry reprend à si méprendre les intonations de Jon Anderson. Une de mes pistes préférées de l’album, qui dégage, outre sa superbe mélodie, une délicieuse fragilité. Le dernier titre « Diamond Song (Deep Is The Light) », trouve la mélodie qui fait mouche, et pour lequel là encore, Starcastle ne peut renier l’emprise de Yes dans ses compositions, notamment sur le plan vocal, mais c’est également le cas de l’orchestration typique de celui-ci, mais il demeure néanmoins une véritable réussite.

Alors Starcastle Clone ou pas Clone de Yes, il y a bien longtemps que la messe est dite, il n’en reste pas moins que les six compositions de « Fountains of light » sont vraiment d’un très bon niveau et cela nous suffit amplement !

Formation du groupe

Terry Luttrell - chant - Matthew Stewart - chœurs , guitare électrique - Stephen Hagler - chœurs, guitare électrique - Gary Strater - chœurs, basse , Moog Taurus - Herb Schildt - piano , synthétiseur , orgue - Stephen Tassler - chœurs, batterie , percussions

🌍 Visiter le site de Starcastle →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Octave

Par The Moody Blues

3.6 sur 5

Commentaires

  1. bonjour
    Je dois être le seul au monde a ne pas trouver autant de similitude entre YES et STARCASTLE
    Par contre CATHREDAL, autre groupe américain, OUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *