Event Horizon

Par

(4.6 sur 5) / Art of Music/Flat Earth Music
Categories
Rock Progressif

Jens Lueck, alias Single Celled Organism, nous propose ici le 3ème volet des aventures mises en musique d’un certain Dr. Abbott et de Tella, une TV girl (vous trouverez toute l’histoire ici). J’avais bien vu passer les albums précédents mais je n’avais pas eu l’occasion de les écouter. Toutefois, ils étaient bien connus de ProgCritique : Splinter In The Eye (2017), et Percipio Ergo Sum (2021).

Je débarque donc sur cet Event Horizon dont je tombe très rapidement sous le charme. Une bonne raison à cela : dès les premières notes de « Memories In A Box », le son délicieux des septièmes majeures m’accroche immédiatement et irrémédiablement. Je n’y peux rien, je ne sais pas résister aux accords de septièmes majeures … Il n’y a évidemment pas de traitement médical connu, je fais avec …

Avant de reparler musique, quelques données contextuelles supplémentaires : Le nom Single Celled Organism fait référence au fait que tout, de la première idée au master final, est créé dans le studio de Jens Lueck (compositions, paroles, enregistrements, mixages… sauf pour quelques solos de guitare).

Le titre inaugural, « Memories On A Box », dont j’ai déjà un peu parlé plus haut, me ramène aux meilleures pages de Sylvan, autre pilier du prog allemand. De nombreux musiciens invités participent aux divers morceaux et sur cette première piste je découvre la voix d’Isgaard (Marke), qui ajoute un supplément de grâce à un morceau déjà très riche sur le plan mélodique et harmonique. « Changes Are Coming (The Companion) » se révèle être une très belle balade floydienne avec guitare acoustique et chœurs, dans le style Dark Side In The Moon.

image
Jens Lueck

« Thoughts », beaucoup plus puissant, me rappelle un autre groupe allemand, Morphelia. A noter l’excellent jeu de batterie de Jens Lueck qui aère une musique parfois lourde sous les coups de boutoir de la basse. Les deux morceaux suivants, « The Encounter » et « Shifted », plus calmes, sont l’occasion de réentendre d’abord le duo vocal Isgaard / Jens, puis le flûtiste Volker Kuinke (Syrinx Call, duo qu’il forme avec Jens Lueck). « Inhale What’s Forbidden » poursuit ces moments de poésie à nouveau sublimés par la voix d’Isgaard, avant un final puissant, mais plus sombre et inquiétant.

image

« Keep My Faith In Humans », plus facile à dire qu’à faire … Qu’importe, la musique est belle, calme et posée. Le court « Distorted Night » nous amène avec puissance vers la coda et le morceau titre, qui débute dans la douceur acoustique et la voix toute en retenue de Jens. Le crescendo se met peu à peu en place avec solos de clavier et de guitare tout en mélismes, façon musique orientale.

Voilà du prog à l’allemande comme je l’aime, dans la lignée des RPWL, Sylvan, Martigan, … Tout est excellent dans Event Horizon (*), et vous pouvez franchir cette ligne d’horizon sans aucune crainte, quitte à ne jamais en revenir ! (**)

(*) https://singlecelledorganism.bandcamp.com/album/event-horizon

(**) En astrophysique l’horizon des évènements désigne notamment la surface qui entoure un trou noir. Tout objet ou lumière qui franchit cette frontière immatérielle perd tout espoir de revenir en arrière.

Formation du groupe

Jens Lueck (Syrinx Call) : batterie, claviers, chant, basse, guitares supplémentaires - Ingo Salzmann : guitares électriques (1,3,4,6,8,9) - Johnny Beck : guitares électriques (1,3,4,6,7,9) - Isgaard : chant (1,4-6,9) - Jürgen Osuchowski : guitares acoustiques (1,2,4,7,9) - Volker Kuinke : flûtes à bec (5,7) - Adriana Glavas : chœurs (2,7) - Kai Ritter / voix (5)

🌍 Visiter le site de Single Celled Organism →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *