The Grand Endeavor

Par

(3.75 sur 5) / Damac Music
Categories
Crossover Prog Rock Progressif

Toujours fidèles à notre quête de nouveautés et afin de ne pas chroniquer que des têtes d’affiche, nous privilégions bien souvent des groupes de valeur en manque de notoriété, d’où mon intérêt à me balader de-ci de-là sur le net et le BandCamp des formations qui y sont présentes. Et aujourd’hui, bonne pioche, je tombe sur la formation Saiga Antelope et leur premier album « The Grand Endeavor », j’écoute les dix titres et je me dis pas mal du tout, du coup je lui laisse un message pour avoir les fichiers numériques afin de prendre tranquillement le temps d’apprécier à leur juste valeur ces compositions et de vous écrire cette chronique.

Saiga Antelope est une formation basée à Oslo, en Norvège, le groupe, créé début 2016, est composé de Jakob Gåre et de Sindre Abelvik. Tous deux sont responsables de l’écriture et de la composition du répertoire du groupe. Depuis peu La chanteuse Kaya Marie Abelvik a intégré le combo.

Tout d’abord plantons le décor, « The Grand Endeavor » est un concept album qui parle de notre société individualiste et de la façon dont chacun aspire au bonheur et du fait que personne n’arrive vraiment à le trouver. Nous suivons au fil des titres les périgrinations d’un personnage central prénommé Daniel et vivons ses expériences.

Musicalement Saiga Antelope reste dans la mouvance d’un rock progressif mélodique et varié, le groupe nous transcrit dans cet opus une musique dans laquelle il mêle toutes ses influences (Génésis, Camel, Porcupine Tree etc.). Malgré la longueur de certains morceaux « Circadian Rhythm » avec ses 12:01 minutes et « Ghost of Narcissus » 09:58 minutes, jamais la lassitude ne s’installe tant la musique pétille d’inventivité et alterne les ambiances calmes, parfois même planantes et les incursions un peu plus rentre dedans associées généralement au néoprog. Et au détour d’un « Hollow Tree » qui ouvre ce concept, d’un « The Silent Frame » ou bien encore d’un « Conception » , l’on ne peut que constater que l’alchimie fonctionne parfaitement et nous fait caresser de près un univers musical que ne renieraient pas le No-Man de Steven Wilson et Tim Bowness. De plus « The Grand Endeavor », dégage et donne à la fois dans son agencement et sa durée une écoute qui crée l’émotion et impose les atmosphères propres à ce genre de concept.

Une fois de plus, une recherche qui n’est pas vaine et qui m’a permis de nous dégoter un chouette groupe de prog avec un album qui tient super bien la route !

Formation du groupe

Sindre Andre Abelvik : Chant, Chœurs, Guitares acoustiques --- Jakob Nikolaisen Gare - Chant, Piano, Piano électrique, Basse, Synthétiseurs, Batterie --- Kaya Marie Abelvik - Chant, Chœurs --- avec: Daniel Skjotskift Johannessen - Batterie, Percussions, Guitare acoustique 12 cordes, Chœur --- Magne Seland - Guitares électriques --- Finn (Logic Pro X) - Cajun --- Eivind Schulstad - Guitares --- Kyle (Logic Pro X) - Batteries --- Odd Ivar Sande - Guitares Acoustiques, Chœur --- Mari Tveiten - Voix --- Gavin (Logic Pro X) - Batteries

🌍 Visiter le site de Saiga Antelope →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *