Elements

Par

(3.5 sur 5) / PolyGram
Categories
Rock Progressif

Il a l’esprit aventureux Roger Glover, le bassiste de Deep Purple, son deuxième album solo « Elements », aborde sans complexe le rock progressif et le rock symphonique que nous aimons tant. Et de plus c’est un concept album basé sur les quatre éléments. Sorti en 1978, je l’ai acheté par pure curiosité, je me demandais bien ce que pouvait nous pondre Roger en dehors du hard rock.

Le  résultat est je dois le dire surprenant et à mille lieues de la production habituelle de Deep Purple. Pas une once de hard dans cet « Elements » ou si peu, seulement rendu à la portion congrue dans les cinq parties distinctes de l’album. Véritable o.v.n.i. dans la carrière de Roger Glover cet opus qui ce concentre sur le feu, l’eau, le vent et la terre est une véritable prouesse qui allie plusieurs genres, bien sur le prog mais aussi le disco en vogue dans les années 70, la musique atmosphérique et symphonique. Pour ce faire Monsieur Roger s’est entouré de l’Orchestre philharmonique de Munich ainsi que de quelques pointures telles que Simon Phillips à la batterie, Martin Birch à la guitare ainsi que deux superbes voix, Liza Strike et Helen Chappelle.

Roger Glover dans les deux titres qui ouvrent l’opus, « The First Ring Made of Clay » et « The Next a Ring of Fire » soigne ses mélodies, d’abord symphonique et chantées dans le premier puis plus débridé et ambiante dans le deuxième. Il ne faut pas vous attendre à quelque chose de révolutionnaire, mais l’écoute de ces deux premières plages même si elles ne sont pas renversantes, restent cependant constamment agréables.

Les amateurs de prog vont continuer à apprécier les envolées mélodieuses présentent dans « The Third Ring’s Watery Flow » et « The Fourth Ring with the Wind » l’effort dans ce domaine est ressenti sur chaque plage et nous offrent une facette musicale beaucoup plus recherchée mais toujours accessible. La musique prend une entournure répétitive et profite des incursions ethniques d’un Sitar, aux couleurs de la musique indienne, prenant une place prépondérante. Un « Finale » exclusivement symphonique et légèrement pompeux met un terme à cette deuxième face.

« Elements » navigue entre la relative faiblesse de la première face et la richesse des arrangements de la deuxième. Conclusion, cet album atypique de Roger Glover, a la faculté de surprendre tant il est en dehors des balises habituelles de celui-ci et je pense que personne ne pourra le lui reprocher, il mérite votre curiosité !

.

Formation du groupe

Roger Glover : synthétiseurs, guitare basse , percussions , tabla , sitar guitare, guitare acoustique , vibraphone, chœurs - Simon Phillips : batterie , tabla, percussions - Micky Lee Soule : Piano , orgue , percussions - Graham Preskett: Violon électrique , clarinette - Ronnie Aspery: Saxophone , flûte - Martin Birch : Guitare acoustique, chœurs - Liza Strike: Chant - Helen Chappelle: Chant - L'Orchestre philharmonique de Munich dirigé par Graham Preskett

🌍 Visiter le site de Roger Glover →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *