Radio Silence

Par

(4.2 sur 5) / Giant Electric Pea
Categories
Rock Progressif

Rain, un quatuor anglais récent composé de musiciens qui n’ont rien de débutants : Rob Groucutt, Mirron Webb, John Jowitt, Andy Edwards, dont certains figurent dans IQ, Arena, Jadis, Frost* … Ma foi, quelques noms bien connus et valeurs sûres. C’est avec leur deuxième album, Radio Silence que je découvre leur musique. J’apprends que le précédent, Singularity, datant de 2020, créé dans les circonstances que l’on sait, avait été enregistré séparément : le télétravail ça fonctionne aussi pour les musiciens, comme on a pu le constater cette année là ! Venons-en à Radio Silence et à ses 9 morceaux.

« Genaú », en allemand dans le titre, constitue une très courte intro qui donne le ton de l’album, à savoir du rythme et de l’enthousiasme ! « Hypnosis » déroule son ample mélodie sur la ligne de basse bien affirmée de Jowitt. La section centrale vire carrément en jam session ! « Something New » est un court rock enlevé avec quelques passes de reggae, et à nouveau quelques belles envolées instrumentales. La piste-titre, « Radio Silence » est un mid-tempo un peu lancinant qui se déroule au-dessus d’un ostinato d’accords répétitifs aux claviers.

« Solid State », peut-être le morceau le plus abouti de l’album est à nouveau tiré par la basse irrésistible de Jowitt, et par le mantra “Born Free, but everywhere in chains”, qui résonne comme la célèbre phrase de Jean-Jacques Rousseau, « L’homme est né libre, et partout il est dans les fers ».

image

Tout aussi développé, « Bring It back » met en avant les performances vocal du duo Rob Groucutt/Mirron qui survole une rythmique basse / batterie Jovitt/Edwards qui n’est pas en reste. Après un climax à la guitare électrique, l’intense pression retombe subitement pour offrir un break onirique et apaisant, plutôt inattendu il faut bien le dire. Superbe ! J’aime beaucoup aussi « Never Ending Circle », d’inspiration plus jazz-rock.

Un court et beau prélude mélodique au piano solo, « Winter Sun », sert vraisemblablement d’intro à l’ultime « Fear In The Night », en tous cas les tonalités identiques le laissent penser. Cette dernière piste démarre sur un tempo lent et un chant nostalgique qui évoque le Moonchild de KC. Les choses se musclent ensuite un peu, mais la musique reste dans ce tempo lent pendant les 4 premières minutes. Changement abrupt de paysage, la guitare acoustique passe en ternaire avant le crescendo final et sa débauche instrumentale.

Avec Radio Silence (*), on a droit à un album de musique plutôt originale et souvent inattendue, en tous cas percutante et exécutée par des musiciens brillants et éclectiques !

(*) https://rainprogband.bandcamp.com/album/radio-silence

Formation du groupe

Rob Groucutt : Chant, Guitare, Clavier - Mirron : Chant, Guitare - Andy Edwards, Batterie et instruments supplémentaires - John Jowitt : Basse

🌍 Visiter le site de Rain →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Void

Par Coma Rossi

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *