In Focus

Par

(3.5 sur 5) / Davwilmar Music
Categories
Rock Progressif

Originaire de la région du Yorkshire, MaterialEyes revient un an après « Strange Road » nous présenter leur nouveau bébé comptant 6 titres et répondant au doux nom de « In Focus ». Des morceaux qui flirtent allègrement avec un bon rock progressif des années 70 que l’on ressent notamment par la présence d’instruments vintage comme par exemple un clavier moog.

Nous commençons sur « Prelude ». C’est bref et sacrément bien tourné. Un titre évocateur de la suite qui nous attend. Sans tomber dans de sommaires ballades, des titres comme « the Poet » ou « waterfall » sont surtout joués dans un tempo assez lent ce qui permet de prendre le temps de placer les effets de guitares ou de claviers sans surcharger la mule inutilement. Bien au contraire cela reste très aérien et apaisant. Quand surgit « In the City » nous sommes sur le titre un poil plus rock de l’album avec de jolies couleurs blues. L’ensemble est bien soutenu par une ligne de basse qui ne lâche rien. Le titre qui m’a bien titillé le lobe auriculaire c’est tout simplement « A cold Wind ». Avec des nuances diverses et variées, cette piste démarre sur un blizzard réalisé par nos fameux synthés vintage et un rythme Electro-pop qui lui emboîte le pas meublé par une guitare Electro acoustique. Un refrain avec une progression d’accords nous faisant penser à de la country musique, une voix qui fait un travail posé et sans effort. A l’arrivé on se dit que c’est vachement bien foutu et cohérent de bout en bout.

Pour ce dernier titre « Fields of Heaven » nous plongeons à nouveau dans un tempo assez lent, mais cette fois ci avec une petite tendance folk nous rappelant des vieux ‘Crosby, Still, Nash & young’ Bref on oscille entre du folk-rock et du Canterbury.

J’ai pris un évident gros plaisir à réentendre des sonorités et un style tendance années 70, et ça c’est le créneau, je dirais même la marque de fabrique de MaterialEyes. Ils le font avec élégance et doigté. Par ailleurs, j’insiste sur la limpidité apporté pour chacune des parties jouées par les musiciens lors du mixage, c’est un sans-faute. Un album tout simplement vivifiant et plein de fraîcheur !

Formation du groupe

Dave Westmoreland – Chant, Claviers, guitare acoustique - Will Lawery – Chant, guitares - Martyn Howes – Chant, guitares, Claviers - Billy Longthorne – Batterie - “Mad” Bill Mosey – basse - Dianne Howes – flûte, chœur

🌍 Visiter le site de MaterialEyes →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *