Whistle Rymes

Par

(4 sur 5) / Track Records
Categories
Folk Rock Pop/Rock Rock Progressif Rock Psychédélique

On ne présente plus John Entwistle le regretté (1944 – 2002) bassiste des Who, qui en parallèle de son groupe principal à discrètement construit une carrière solo jalonnée d’albums fort intéressants.  John publie en 1972 ‘Whistle Rymes’ son deuxième effort en solitaire, qui fait suite à ‘Smash Your Head Against the Wall’ (1971). Comme son prédécesseur, cet opus traduit l’envie du musicien de s’écarter du répertoire musical des Who, et assemble ici 10 titres d’un rock basique teinté d’airs pop sur des paroles sarcastiques et spirituelles. ‘Whistle Rymes’ n’est pas un concept album mais un recueil de chansons que l’on picore au gré de nos envies comme des bonbons acidulés.

Parlons maintenait des compositions qui s’égrènent gentiment dans nos oreilles, et offrent un panel varié allant d’un rythme proche de la valse, qui s’oppose à ceux plutôt funky et rock. Je vous invite à découvrir ou redécouvrir le tempo enlevé de « Ten Little Friends » qui ouvre l’album sur une note rock, suivi de « Apron Strings » une ballade musclée aux entournures psychédéliques. Le joyaux de l’opus « I Feel Better« , aux paroles vengeresses remplies d’émotions. La basse monstrueuse de John sur « Thinking It Over » qui continue majoritairement à creuser un sillon rond et mélodique. John nous offre d’autres petits bijoux tels que ce « I Wonder » s’ouvrant sur des cuivres qui accompagnent parfaitement la montée en puissance du titre, une plage dynamique, géniale et funky. L’émotion est toujours à fleur de peau sur « I Was Just Being Being Friendly » l’envoûtante et déchirante ballade qui ingénieusement renforce le thème abordé par le texte qui traite, malheureusement, d’un sujet toujours d’actualité, le harcèlement sexuel et ses formes de repentances. ‘Whistle Rymes’ se clôt sur « Nightmare (Please Wake Me Up) » qui sur une intro, en trompe ‘l’oreille‘,  typée ballade, n’est que le prologue à une précipitation vers un voyage acide et psychédélique, les effets musicaux nous conviant avec des dissonances frénétiques dans un univers cauchemardesque.

John Entwistle a bien peaufiné ce ‘Whistle Rymes’ qui bénéficie d’un très bon travail de production, ce qui permet à l’album 47 ans après de s’écouter avec toujours autant de plaisir !

I Wonder

Formation du groupe

John Entwistle - basse, clavier, chant, synthétiseur, trompette, piano - Peter Frampton - guitare - John Weider - chœurs - Keith Moon - percussions - Rod Coombes - batterie - Jimmy McCulloch - guitare - Neil Sheppard - claviers - Bryan Williams - trombone, claviers - Alan Ross - guitare acoustique - Graham Deakin - batterie

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *