The Rise of Medici

Par

(5 sur 5) / Anesthetize Productions
Categories
Rock Progressif Rock Symphonique

Le multi-instrumentiste et compositeur Éric Bouillette (Nine Skies, the Room, Solace Supplice), décédé en août dernier, nous laisse un concept/album posthume, ‘The rise of Medici‘ interprété par Imaginaerium un groupe qu’il a fondé en collaboration avec Clive Nolan & Laura Piazzai.

Douze titres réunis par l’histoire d’une des plus grandes familles du 15-ème siècle : les Médicis de Florence, Italie, où chaque personnage est interprété par un chanteur différent.

image

‘The rise of Medici’ combine une sensibilité prog aiguë avec des incursions issues du rock symphonique, ce qui donne à la musique de cet opéra rock une ampleur considérable à la fois accessible et complexe. Toutes les pièces s’intègrent magnifiquement dans un vaste panorama orchestral où les arrangements présentent les mélodies sous leur meilleur jour. Tout cela procure une écoute passionnante, une collision de styles qui sont extrêmement bien réalisés, denses quand il le faut, aériens et sombres par endroits, mais toujours d’une grande sensibilité émotionnelle.

L’ouverture ‘Festina lente’, à l’ambiance quasi religieuse, confirme immédiatement les prémices d’une performance absolument majestueuse, qui s’élèvera vers les hauteurs, tout au long de l’album. La puissance du chant de Laura Piazzai transcende la beauté mélodique des compositions, ‘Duty of love’, ‘House of dreams’ avec la participation d’Andy Sears, ‘Glass throne’, ‘Legacy’ pour ne citer que les plus emblématiques. Participe aussi au chant, de manière remarquable, Elena Vladyuk qui en plus de l’intro de l’album (‘Festina lente’) nous gratifie d’une superbe interprétation de ‘Never close your eyes’ un morceau fascinant et intrinsèquement déclencheur de frissons.

image

Clive Nolan en plus des claviers donne lui aussi de la voix sur plusieurs titres et notamment sur un excellent ’The tide will change’ qui met particulièrement bien en relief son chant si caractéristique. Autre pièce magistrale, ‘Treachery’ avec la participation croisée de trois des chanteurs (Laura, Clive et Andy), où le groupe injecte ses multiples influences en y introduisant une lourdeur proche du metal et des touches de rock progressif et symphonique, ce qui la rend d’autant plus envoûtante (Les claviers de Clive et la guitare d’Éric sont bluffants).

Imaginaerium nous délivre avec brio une palette de douze titres parée d’une multitude de couleurs s’ajoutant à la force de l’interprétation. En fait, chaque morceau de ‘The rise of Medici’ mérite le détour, l’ensemble est assez mélodique pour nous séduire, suffisamment riche et complexe pour retenir notre attention. Une œuvre majeure qui perpétuera le souvenir d’Éric Bouillette, musicien talentueux et compositeur hors pair.

Formation du groupe

Clive Nolan : composition, arrangements, paroles, claviers, enregistrement batterie, chant (Rinaldo) - Eric Bouillette : composition, arrangements, guitares, claviers, mandoline, violon - Laura Piazzai : chant (Contessina) - Andy Sears : chant (Cosimo) - Elena Vladyuk : chant (Lucrezia) - Mark Spencer : chant (Monks) - Scott Higham : batterie - Bernard Hery : basse - Isabella Cambini : harpe

🌍 Visiter le site de Imaginaerium →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Spectrum

Par Riccardo Romano Land

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *