Stranger Skies

Par

(4.7 sur 5) / AMS Records
Categories
Rock Progressif Rock Symphonique

Amis de la musique italienne (en fait de la musique tout court), réjouissons-nous de la sortie du 4ème album d’Ellesmere, à savoir Stranger Skies. Si le tout premier album était ancré dans le terroir et faisait office de guide touristique musical pour Les Châteaux de La Loire, les suivants nous font voyager dans des mondes oniriques tout droit sortis de l’Heroic Fantasy, en témoignent les très belles illustrations desdits albums.

Comme pour les sorties précédents, Roberto Vitelli s’entoure d’un panel d’excellents musiciens, certains à temps plein tels Mattias Olsson (batterie), John Wilkinson (vocaux) et Giacomo Anselmi (guitare), d’autres à temps partiel. Parmi ces derniers on notera entre-autres Clive Nolan, John Hackett, et David Jackson, dont je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler l’instrument qu’ils pratiquent. Le groupe nous avait laissé sur un Wyrd rempli à ras bord de musique symphonique à l’italienne, avec chant en anglais cependant. Magnifiquement illustré par Rodney Matthews, on explore successivement 2 mondes, l’un froid (4 premiers morceaux relativement courts), l’un plus chaleureux avec les deux longues compositions finales.

image

Roberto Vitelli reconnait s’être inspiré de Genesis (A trick Of The Tail) et de Rush (Moving Picture), et ma foi, ça me va bien pour l’entame, « Northwards ». Les brumes sombres de l’intro laissent rapidement place à un thème grandiose qui se met peu à peu en place (Clive Nolan aux claviers) et qui lance un morceau puissant aux harmonies amples et généreuses. Un voyage vers le nord sur un mode conquérant à coup sûr !

Sans changer d’atmosphère, « Toundra » poursuit le voyage sur un rythme plus rapide et même enjoué. Crystallized offre un moment de délicatesse avec une intro imaginative à la guitare acoustique (Graeme Taylor). Le moment de rêve ne dure que le temps de fait revenir un riff martelé à la basse accompagné par les arabesques du sax de David Jackson. Ce bel instrumental nous amène au grandiose Artica dans la meilleure tradition symphonique.

image

Nous arrivons à la deuxième partie du voyage avec deux morceaux de 12’ où l’ambiance devient plus « italienne », façon RPI donc. La flûte aérienne de John Hackett y est pour beaucoup dans un « Stranger Skies », le morceau-titre lyrique et théâtral à souhait. Le final, « Another World » récapitule toute l’affaire et reboucle même sur le premier morceau, avant de laisser place à une longue coda instrumentale confiée aux claviers de Tomas Bodin, au cours de laquelle la musique, d’abord très mélodieuse, s’éloigne peu à peu jusqu’à disparaître dans un souffle grave.

Stranger Skies (*) est un superbe album de rock progressif symphonique moderne. Les mondes musicaux imaginés par Roberto Vitelli / Ellesmere et interprétés avec fluidité et précision par un groupe musical de haute volée, se révèlent d’une grande richesse. Grazie mille per questo sontuoso viaggio !

(*) https://ellesmere-ams.bandcamp.com/album/stranger-skies

Formation du groupe

Roberto Vitelli : basse, claviers - Giacomo Anselmi : guitares - Mattias Olsson : batterie, percussions - John Wilkinson : chant Avec : - Tomas Bodin : claviers (6 final) - Clive Nolan : claviers (1 intro) - John Hackett : flûte ( 5) - David Jackson : saxophone & instruments à vent (3,6) - Graeme Taylor : guitare acoustique (3 prologue) - Bob Hodges : claviers (5) - Stefano Vicarelli : mellotron, minimoog, claviers supplémentaires - Riccardo Romano : chœurs, Guitares acoustiques 6 et 12 cordes (2,5)

🌍 Visiter le site de Ellesmere →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *