reverie

Par

(4.6 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Tony Lowe, le maître à penser et à jouer d’ESP Project, est assurément dans une intense période créatrice si je me réfère à l’année écoulée qui voit la sortie de pas moins de 3 albums : Anarchic Curves, Innerlife, et le dernier né, reverie. Titre en français s’il vous plait ! Pour cette nouvelle mouture, Tony Lowe quitte son cadre musical habituel pour nous proposer une expérience un peu différente : une suite symphonique en sept mouvements très instrumentaux et orchestraux. Si pour ses albums Tony fait souvent appel à quelques pointures telles David Cross, David Jackson, Alison Fleming et bien d’autres encore, il mène ici sa rêverie seul !

Sept parties donc, elles-mêmes décomposées en tableaux, généralement 3, si bien qu’on a affaire à une mosaïque sonore sans cesse renouvelée dans ses rythmes, mélodies et harmonies.

« Carrier Wave – Peace will Come – A Breakthrough » avec son premier tiers chanté est proche du ESP Project classique avec son impeccable mélodie. La suite prend les couleurs orchestrales que j’évoquais plus haut : cordes et bois sont de la partie, et c’est superbe !

image

« The Long Climb – View from Above – The Steep Return » débute sur un vif ostinato ternaire, avant de nous proposer vers 3’12 un moment très poétique avec un beau motif de guitare sur de somptueuses harmonies au synthé.

On notera l’atmosphère étrange de l’intro de « Manifestation – Cities In The Sky », qui nous met en position d’attente avant de vraiment démarrer et de devenir positivement grandiose.

La cinquième partie donne à entendre à nouveau pour quelques secondes la voix de Tony, mais ça reste une exception dans un flot musical essentiellement instrumental. Les mouvements s’enchainent en autant de moments de grâce musicale jusqu’à la partie finale. L’ultime tableau, le bien nommé « Coming Home » met fin à reverie dans une atmosphère désincarnée sur de longues tenues de synthé mystérieuses et même un peu inquiétantes … Petite note un peu plus sombre dans un ensemble résolument optimiste.

Pour le huitième album d’ESP Project(*), Tony Lowe quitte le domaine du prog mélodique pour une œuvre orchestrale de grande ampleur, d’essence impressionniste (par opposition à une musique descriptive), où l’écriture n’est pas linéaire mais faite d’une succession d’impressions sonores chatoyantes et sophistiquées. Si la voix est ici très peu présente, c’est souvent pour mieux laisser chanter la guitare dans de très belles lignes mélodiques. Voilà une fois encore un album captivant et empli de feel good music raffinée !

(*) https://esp-prog.bandcamp.com/album/reverie

Formation du groupe

Tony Lowe : Tous les instruments, chant

🌍 Visiter le site de ESP Project →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Void

Par Coma Rossi

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *