Return

Par

(3.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Reçu dans le même envoi que Counterpoint paru en 2016, et devant l’urgence de l’actualité, je n’avais pas chroniquer « Return » , le premier album de Circuline, je répare donc aujourd’hui ce manque en vous livrant mes impressions sur cet album.

Comme pour leur dernier album « Counterpoint » que nous avons chroniqué en juillet 2016, les huits compositions naviguent dans un registre musical typé années 70/80. Un travail considérable est réalisé sur les compositions et l’accent prioritaire est accordé aux mélodies.

L’introduction lumineuse de « Return » , le titre éponyme, m’a surpris par la qualité de sa mélopée, mais a aussi capté mon attention grâce aux nombreux breaks musicaux présents tout le long. « Nebulae » le premier instrumental du CD ralenti le tempo, ça ressemble à un thème de bande sonore de film, le monde se fige quelques minutes pour aboutir à « Stereotypes » le point culminant de l’album. Il cumule à lui seul, comme un clin d’œil appuyé au titre, les clichés inhérents aux rock progressif en contenant l’essence de ce que les groupes du genre proposent habituellement, Circuline en revenant à ses racines inspirantesy apporte des touches de finesses toutes personnelles.

L’autre particularité de Circuline c’est ce mélange entre prog et world, ce qui peut donner un titre comme « Soleil Noir » , le deuxième instrumental, probablement la piste la plus atypique de l’album. La mécanique d’un groupe parfaitement rodé pour « One Wish » guidé par les claviers, aériens, légers, supports parfait pour la voix de Natalie Brown, la piste à l’ambiance la plus ouatée qui s’estompe au fur et à mesure bousculée par des passages enflammés. « Imperfect » ambiance électronique pour le troisième titre instrumental, largement dominé par la langueur de sa mélodie, la guitare et les claviers se donnant la réplique.  La phase musicale expérimentale de Circuline est présente avec « Fallout Shelter » un instrumental qui vient rompre l’aspect mélodique de « Return » et déverse sans grande cohérence et ce pendant 5:42 minutes son lot de distorsions et d’improvisations, je dois le dire, je n’ai pas vraiment accroché à ce genre d’exercice. Retour a des sons plus habituels pour un titre très rythmé rappelant le Yes des grandes années, « Silence Revealed » est très technique et incorpore au détour des lignes mélodiques quelques incursions jazzy.

« Return » un premier album qui présente quelques faiblesses, mais qui laisse entrevoir de belles promesses !

Formation du groupe

Andrew Colyer: chant, claviers Bill Shannon: chant, guitare Billy Spillane: chant Darin Brannon: batterie Natalie Brown: chant Paul Ranieri: basse Joe Deninzon (Stratospheerius) : Violon Electrique (invité) Matt Dorsey (Sound of Contact): basse (invité) Randy Mcstine (Lo-Fi Resistance): chant (invité)

🌍 Visiter le site de Circuline →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Zopp

Par Zopp

4.7 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *