Human

Par

(4.8 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Pour son nouvel album, Chris Engels aka Cen-ProjekT se propose, je cite, d’emmener l’auditeur dans un voyage profond et introspectif à travers une variété de thèmes et d’émotions. Chaque morceau de Human est une exploration lyrique et mélodique de la complexité de la vie, de l’amour, de la sagesse et de l’expérience humaine. C’était d’ailleurs peu ou prou le propos de son précédent Pride présenté ici-même il y a quelques mois. Il faut nous y faire, Chris Engels continue de façon irrépressible à sortir sous une fréquence élevée des albums de grande qualité et d’une réelle beauté formelle. Il n’y a donc pas de raisons a priori que la règle change avec cette nouvelle collection de neuf morceaux !

« The Depths of Pain », décrit ce premier morceau comme une composition introspective, que je trouve quant à moi plutôt chargée d’extrospection en particulier dans un refrain qui est un véritable cri, sans parler du solo de guitare, très acéré. « Romeo & Juliet » d’après le texte éponyme et ultra célèbre d’un certain William S., nous parle sans concession de cette passion interdite. Rien de romantique dans cette musique volontiers âpre, même si quelques passages plus délicats en arpèges apaisent l’auditeur. Le cycle éternel de la vie et de la mort (« Life and Death ») inspire une musique à nouveau puissante et carrément grandiose.

image

« The Lore » revient à un style caractéristique et d’excellence de la musique du Cen-Projekt, à savoir la lente balade floydienne, calme et mélodique. « The Bomb » (l’atomique bien sûr) inspire une nouvelle fresque, façon, néo prog musclé. Les accords répétés aux claviers qui introduisent « In Life Quiet Streams » et qui réapparaissent de temps à autres en cours de morceau forment le fil conducteur du courant de la vie et du temps qui passe dont nous parle Chris dans cette belle pièce.

« In The Land Of Fairytales », une pièce acoustique, conte la rencontre improbable d’un renard et d’un lièvre au clair de lune. Mais après tout, ne sommes-nous pas dans une forêt enchantée ? « Merlin » nous ramène à la geste arthurienne, objet d’un précédent album (le très chaudement recommandé Tales From Avalon). L’alternance entre passages acoustiques et envolées lyriques donnent à cette fresque sonore noblesse et puissance. « Love » clôt l’album sur une musique contemplative qui débute dans la douceur du chant simplement accompagné à l’orgue. Le passage central à la guitare acoustique est une belle réussite instrumentale qui va lentement crescendo, jusqu’à un passage martial à nouveau en crescendo, jusqu’à la reprise finale du chant. Une des plus belles pièces du Cen-ProjekT !

Comme pour les albums précédents d’une discographie déjà riche, Human (*) nous plonge dans l’univers musical atmosphérique et serein du multi-instrumentiste allemand, avec une musique qui parle à l’esprit autant qu’à l’âme, et qui finalement est devenue pour moi un véritable fil rouge au cours des deux dernières années. Je ne sais pas ce que Chris Engels nous réserve dans les prochains mois, mais une visite sur son site Internet indique une tournée sur scène pour 2024 !

(*) https://cen-projekt.bandcamp.com/album/human

Formation du groupe

Chris Engels: Composition, musique, vocaux, graphisme

🌍 Visiter le site de CEN-ProjekT →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Orbe

Par Le Baron de Vincèse

4.2 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *