SADA

Par

(3.6 sur 5) / Autoproduction
Categories
Jazz-Rock Rock Progressif Rock Psychédélique Space Rock

Prenez un guitariste Latin dans la mouvance Jazz progressif et vous l’incorporez à un travail collaboratif avec un groupe russe dans la mouvance Space rock et vous obtenez « SADA ». On pourrait se dire que l’on sort un peu du chemin, et bien pas du tout. SADA est un album instrumental peuplée de 6 compositions où un jazz espiègle teinté de fusion latine s’entrelace harmonieusement dans un univers Space Rock et psychédélique.

Le premier titre « Uwasa no Onna » est justement le parfait reflet de ce qui est évoqué plus haut. C’est très aérien et pourrait être largement un titre chanté tant la mélodie est présente. Le titre suivant « Theme for Sada » offre une introduction piano / violon saupoudrée en arrière plan d’effets de synthés pour nous envelopper de subtiles touches psychédéliques bien agréables. Avec « Her Eyes Sparkled in a Strange Way » nous plongeons à nouveau sur un violon criant cette fois sa détresse. Une sonorité ou l’ombre du regretté « Didier Lockwood » plane tout en nous offrant des moments de bonheurs agrémentés par des guitares et synthés se partageant sans vergogne l’espace offert. La rythmique basse batterie quant à elle veille au grain pour garder tout le monde dans les clous. Une composition jouée avec panache.

« Day of Truth » démarre sur un tempo rock musclé et des riffs guitares histoire de planter le décor, mais, car il y a un mais, on fait fausse route. En effet le titre s’adoucit et on file vers un space rock qui s’enchaîne par la suite sur un jazz fusion. On sort largement des sentiers battus et c’est tellement déconcertant que ça frise le coup de maître. On reste sur nos garde et on attend de pied ferme vers quel rivage le groupe nous embarque pour le prochain titre…Arrive « A Sense of Clarity » et bien nous sommes en présence d’une composition limpide et sage, avec une dominante violon et percussions bien apaisante et trace la voix lactée pour les deux jeux de guitares qui s’expriment à bride abattue pour un duo bien agencé. L’album se termine sur « Futari Kiri » le terme finir en beauté est sans nul doute l’expression la plus appropriée pour parler de ce titre. Vous êtes, en présence de votre verre de… et vous vous enfoncez dans 10 minutes étourdissantes ou vous passez en revue les nuances d’un Space jazz fusion psychédélique. C’est d’une complexité technique redoutable et d’une limpidité d’écoute impressionnante.

J’en arrive à la conclusion très simple que nous sommes en présence d’un album où la production sonore de type « live », voulu par les protagonistes eux-mêmes, renforce ce caractère spontané et vivant. Musicalement parlant c’est complexe et si vous aimez les belles descentes chromatiques et les quelques « blue note » vous allez vous régaler. Le prog psy et le space rock n’est pas en reste bien sûr. J’ai rarement entendu un mélange de styles se marier avec autant de grâce et de finesse.

Formation du groupe

Ángel Ontalva : guitare - Alexander Kuzovlev : guitare, violon, piano - Alexeï Klabukov : Claviers, mellotron - Arkady Fedotov : basse, synthetiseur, flûte - Ivan Fedotov : Batterie, Percussion

🌍 Visiter le site de ÁNGEL ONTALVA & VESPERO →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Crossover

Par David Cross &. Peter Banks

3.7 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *